jeudi 28 janvier 2010

Succomber à la tentation

Grosso modo, j'écris porte fermée (ce qui signifie que je ne fais pas lire au fur et à mesure mon travail). La raison est que je développe mon texte en fonction des lignes directrices (établies lors des phases de pré-travail), et que je reviens souvent en arrière pour les réaligner quand je décide de changer certains évènements ou personnages (traits de caractère ou distribution des éléments de l'intrigue). Ca peut paraître compliqué comme processus, mais en gros, je développe, je reviens en arrière pour enrichir, recadrer ou renforcer la cohérence.

Enfin bref, je pense pas que ça vous intéresse, mais ce qui est sûr, c'est que je fais ça toute seule dans mon coin. Parce que tant que c'est pas fini, ce n'est pas bien. Le lecteur, on le respecte, on lui donne à lire les trucs potables. Et puis on a peur de ce qu'il va dire (soyons honnête, un minimum.)

Sauf que, de temps en temps une voix me susurre de montrer un bout, juste pour voir si ça plaît, alors que mon code personnel m'intime de ne rien montrer qui ne soit achevé. Donc j'oscille entre raison, espoir, désespoir, mes ange et démon se battant sur mon épaule – une forme de torture mentale élaborée, à mon sens répandue dans le milieu de l'écriture (d'ailleurs en ce moment, je mérite des claques, donc c'est bien fait pour moi).

Donc voilà, je succombe. Aille.

[Trop de verbes faibles. Des transitions à revoir. Un darling d'insecte. Mais ça donne une idée de la façon dont ça part.]

Frigorifiée, la fille se serrait contre un arbre. Son tronc large irradiait une douce chaleur qu'elle cherchait à capter, incapable de comprendre ce qui lui arrivait. Comment pouvait-elle geler sur place par une si belle journée ?

Autour d'elle, le printemps battait son plein. Réchauffée par un soleil généreux, la pâture sauvage resplendissait de vie. Les bosquets d'épineux se couvraient d'une dentelle neuve, et l'herbe haute offrait sa verdure piquetée de fleurs multicolores aux assauts d'insectes duveteux. De temps à autres, des trilles joyeux retentissaient. Tout était tranquille en apparence.

Elle fit face à ce splendide tableau. Le dos calé contre l'écorce tiède, toujours glacée, elle éprouvait une inquiétude nouvelle. A son propre étonnement, elle percevait une chaleur lointaine, celle d'une présence qui approchait. La fille scruta le paysage, certaine qu'il s'agissait d'un être vivant, trop gros pour être masqué par l'herbe, mais elle ne le vit pas.

Et il accélérait.

La peur la gagnait. Elle chercha à se raisonner. Les créatures invisibles n'existaient pas, elle se faisait des idées. Tendue, elle attendit. Des oiseaux s'envolèrent à cinq cent pas, emportant ses doutes. L'émotion la submergea : impossible d'échapper à un être aussi rapide, et il n'y avait pas d'abri à rejoindre. Restaient les branches de son arbre. Trop hautes, estima-t-elle horrifiée.

Le grand tigre apparut alors, comme survenu de nulle part. D'une beauté à couper le souffle, nimbé d'une poussière argentée, il alignait de puissantes foulées qui plaquait son pelage fluide sur son corps. Cent pas le séparaient encore de la fille, autant dire cinq secondes. Persuadée que sa dernière heure sonnait, elle poussa un hurlement.

10 commentaires:

Matteic a dit…

Encooooore !

So a dit…

J'aime énormément ce passage mais en effet, cela laisse vraiment un goût de trop peu...

Roanne a dit…

J'adore quand tu succombes à la tentation ! Merci pour cet extrait, en tout cas.

NB a dit…

J'aime !

Vivement la suite !

Syven a dit…

> Rho Matteic ! contente de voir par ici !

Sinon, merci les filles, ça m'encourage.

Qu'est-ce que je m'éclate avec ce bouquin, si vous saviez! Vivement que le challenge reparte!

Pandora a dit…

Ben, en t'arrêtant là comme ça, c'est un peu comme si tu nous la claquais à la figure ta porte pas fermée que tu fermes ^^
Je ne te savais pas aussi cruelle (enfin si ^^)
Et bien sur on voudrait en savoir plus

Amibe_R Nard a dit…

"Le grand tigre apparut..."

Ça j'aime bien.

Un peu trop de Lafille, comme si tu n'avais pas son prénom ;-)))
Et le reste va très vite, comme un teaser...

Visiblement, c'est la semaine ! :-)

Alors je n'en dis pas plus.
l'Amibe_R Nard

blackwatch a dit…

Je flashe sur la présentation de Tadjal. A quand la suite ?

Gabrielle a dit…

J'adore ! *____*

C'est dynamique, imagé, rythmé, y a des sensations... magique !

Juste une faute : "qui plaquaiENT" (vu que ce sont les foulées qui plaquent le pelage contre le corps).

Bravo pour ce bel incipit !!

Syven a dit…

> Amibe, pas de prénom, effectivement. c'est pour ça que j'ai encore du lissage à faire. Mais je suis optimiste.

> Gaby: je vais corriger cette faute ;) contente que tu aimes.