mercredi 31 décembre 2008

Bilan 2008

Je suis retournée sur mon vieux blog pour lire les résolutions de l'an dernier.

1. Boucler mon premier vrai roman.
L'an dernier à cette date, je croyais approcher de la fin. J'avais 485000 signes. Je tablais sur 500 000 (en me mentant), mais j'estimais que le roman en ferait 100 000 de plus au très grand maximum. J'étais loin de la réalité et je croyais terminer sous un mois. Avec les développements et les sous-intrigues, j'ai un peu explosé le compteurs quand même.Mais j'ai fini le premier jet en juillet et la plus grosse relecture en décembre.

Je suis assez fière de moi pour le coup.

J'ai terminé un roman.
Ca y est, je me rends compte.

2. Revenir sur les mondes
Je voulais revenir à un blog plus traditionnel, qui reflète mieux ma personnalité. Je suis assez contente du ton que je me suis donnée sur ce nouveau blog. J'ai perdu des lecteurs en route mais tant pis. :D

3. Perdre 5 kg.
Je suis passée du 42 au 38.
Je peux même remettre des robes moulantes.
:D

4. Aller au salon du livre en mars
.
J'ai fait les utopiales. C'est pas si mal. :D J'ai rencontré des tas de gens avec lesquels je correspondais, j'étais ravie. (Je vous bizoute tous: Blacky, Roanne, So, Arnaldus, Chapardeuse, Delatas, et les autres :D)
CoCyclics (le collectif de bêta-lecture le plus mieux du monde entier) est l'une des meilleures choses que j'ai faite. C'est incroyable qu'un forum permette de développer une telle entraide et un tel soutien. C'est important de discuter avec d'autres auteurs et de confronter ses "angoisses" (en plus d'obtenir leur aide pour améliorer nos textes). Il y a certaines préoccupations dont on ne peut pas trop discuter avec les amis ou la famille (ça ne les intéresse pas toujours et on les comprend - je salue la patience de ceux qui m'ont supportée en silence pendant mes premières années). Enfin bref, CoCyclics, c'est que du bonheur, rejoignez-nous !

5. Un roman de plus en travail
Je parlais de la Course de la Lumière. Echec sur toute la ligne. Mais tant pis, on ne peut pas tout faire, il faut assumer ses choix. J'ai mis mon énergie dans ASLO, et je crois que j'ai bien fait.

En conclusion, 2008 a été une bonne année pour Syven, meilleure qu'elle ne le pensait :D Je remercie tous les lecteurs de ce blog pour leur soutien off line ou dans les commentaires. Je vous souhaite un bon réveillon et je vous dis à demain pour les bonnes résolutions.

mardi 30 décembre 2008

Concours d'objets moches

Alors voilà, une de mes bloggueuses préférées, Angel Coin coin, nommons-la, a lancé un concours d'objets moches.

Etant donné qu'elle nous a gâtés ce mois-ci en postant tous les jours des histoires drôles, je me devais de participer et de régaler ses beaux petits yeux. Avec mes collègues (hello les copains !!!), nous avons sélectionné deux objets. Figurez-vous que certains trouvent le numéro 2 très très mignon. Moi non. Beurk.

Voici mes contributions:



Je vous invite à faire de même, histoire qu'on se marre. :D

Le j'ai oublié un truc

DAMNED !!!

Je le savais, je le sentais depuis deux-trois jours, et j'y réfléchissais mine de rien en tâche d'arrière plan.

J'ai oublié de mettre les dates. Il manque les jours sur la version que j'ai envoyée à lire !!!

DARK SIDE OF THE FORCE !!!

Pourtant c'était sur ma liste, et c'était pas barré.
Bouhouhouhou.

edit de l'ultime regret: j'aurais dû relire pour enlever le maximum de majuscules. Bouin-ouin-ouin. Ca va gonfler tout le monde.

dimanche 28 décembre 2008

Couture noël 2008

Donc, j'ai fait:

  • Un sac à tarte (tuto ici) et un sac à pelotes (patron maison)
  • Des cache-cols (patron maison inspirée et conseillée par les p'tits grains de Maïs)
  • Un tablier de jardinier (patron maison)
  • Un gilet patron maison taille 44-46 (eh oui !!!)
  • Un sac avec une pochette japonaise, un porte-feuille à bijoux et une trousse à maquillage (tout maison d'inspiration diverse)
  • Une cape pas finie pour moi.

Ouf. Deux mois de boulot.

Les photos sont icites:
http://www.flickr.com/photos/27912371@N04/tags/noel2008/

Ou là:


J'ai plus qu'à finir ma cape. Mais je suis HS, trop malade.
Déjà que je me suis maquillée pour une séance photo, j'en peux plus moi avec mes 38.5°.

Résultat:

vendredi 26 décembre 2008

J'ai fini !

Oui, j'ai fini tous mes cadeaux à temps. A deux heures du mat' la veille de noël, mais j'ai tout cousu, fignolé, terminé... Et je mettrai des photos ce WE quand on sera rentrés.

Sinon, ça y est.

J'ai FINI.

Au Sortir de l'Ombre est bouclé. Il est relu et propre à être bêta-lu.
J'ai fini là, il y a 3 minutes.

Je suis soulagée, rompue, fourbue et épuisée. Je ne veux même pas penser à ce que les lecteurs en penseront. J'occulte les autres corrections à venir (chasser de l'auxiliaire, par exemple.)

Je jette l'éponge, ou plutôt, je jette le bébé (joufflu) aux lions.
Poids: 119 383 mots, 720 000 signes.

Fidèles lecteurs, j'espère que vous avez passé un joyeux noël.
Moi oui, et je vous embrasse.

mardi 23 décembre 2008

Le sort s'acharne

Je vous avais déjà raconté cette petite anecdocte de la fois où je me suis fait virer d'un snack.

Eh bien hier, alors que je faisais craquer les jointures sur la page 48 avant la fin de l'enfer, v'là t'y pas qu'un bonhomme vient me demander si c'est un ordinateur pour enfant que j'ai. Oui, mon eee là, un ordinateur pour enfant ! Quand je vous dis qu'on n'arrête pas de m'aborder à cause de lui !

Bon, le type avait au moins 55 ans, il bloblottait (l'alcool peut-être), il avait l'air de chercher un cadeau, il voulait savoir la marque tout ça, et comme je suis bien gentille (trop conne oui), je lui ai noté des infos sur un papier. Le voilà qui s'installe et me raconte sa vie pendant un bon quart d'heure, son extension, failli devenir fou, tout ça. Et qu'est-ce que vous faites là? Vous écrivez quoi ? (Pas dire pas dire pas dire, pas lui donner de l'eau à son moulin.) Du travail, vous faites quoi? Ah vous êtes rédacteur technique? Et c'est quoi ça?

Il avait tout du pauvre hère qui avait besoin de causer, et j'attendais l'opportunité de couper court, j'attendais les doigts en suspens au-dessus de mon clavier, la crampe au coude qui montait... Au bout d'un moment, il a senti que j'attendais qu'il parte (ENFIN !), mais il faisait tout pour rester. Et finalement, il m'a dit, grand seigneur:

"Je vous note mon numéro de téléphone, comme ça vous pourrez m'appeler pour qu'on se revoit."

Alors là j'ai halluciné, monsieur la bloblotte, de 25 ans au moins mon aîné (et pis pas un Sean Connery hein, ah non, vraiment pas), le reloud qui m'a bouffé 20 minutes de temps me faisait un plan drague. 0_0

Je crois qu'il m'a trouvée "sèche":
"Non. Inutile, surtout pas. Vous êtes bien gentil, mais là ça va bien."

J'ai retenu le "Casse-toi gros reloud."
Mon regard noir a tout dit, il s'est levé et il s'est tiré.

Nouvelle loi décrétée par Syven.
Relations sociales , inconnu attiré par eee, Article 1 paragraphe 1, alinéa a.
"Tout inconnu s'intéressant à mon eee aura droit à 2 minutes 30 secondes d'attention pas plus."

Relations sociales, inconnu attiré par eee, Article 1 paragraphe 1, alinéa b.
"Tout inconnu sera débouté au-delà des 2 minutes 30 à raison de l'usage de la formule magique conventionnelle suivante : "Excusez-moi, j'ai du travail à terminer rapidement."

Relations sociales, inconnu attiré par eee, Article 1 paragraphe 2, alinéa a.
"Tout inconnu en demande d'information sur le eee sera renvoyé vers une boutique SFR pour nourrir sa soif de connaissance sur cet UMPC."

Relations sociales, inconnu attiré par eee, Article 1 paragraphe 2, alinéa b.
"Tout inconnu insistant dans sa quête d'information sera débouté à raison de l'usage de la formule magique conventionnelle suivante : "Excusez-moi, j'y connais rien, c'est mon mari qui me l'a offert."

Relations sociales, inconnu attiré par eee, Article 2 paragraphe 1.
"Tout inconnu brisant le moment de tranquillité du midi consacré à l'écriture prend le risque d'être renvoyé dans ses pénates au mépris des règles de politesse."

Conclusion:
Je n'arriverai pas à relire 40 pages ce midi. Donc je ne pourrai pas faire d'impressions de mon roman pour le donner à ma famille à Noël.


AAAAARRRRRRRRRGGGGGHHHHHHHHHHHHHH !

Ps: Et je peux même pas me servir de cette histoirepour rendre jaloux Nereij, au contraire faut que je lui cache, sinon, il va trop se moquer de moi. :(

lundi 22 décembre 2008

Etape 7, plus que 55 pages

Je suis dans la dernière ligne droite, plus que 55 pages à relire. Idéalement, je finis pour mardi, comme ça, j'en fais quelques impressions. Je rêve, car bon, je viens de retrouver un zombie (un perso mort quelques trente pages plus haut.) Ils sont pénibles ces personnages à s'accrocher à leur rôle...

Mais où en suis-je donc réellement? Consultons un expert, je cite mon ami Arnaldus sur CoCyclics  (http://cocyclics.org/punBB/viewtopic.php?id=1314) qui nous traduisait les 8 étapes de l'écriture de Maureen MacHugh de la façon suivante:

1 (euphorie) Je viens d'avoir une idée pour un bouquin qui va déchirer ta race.

     2 (doute) Bon, c'est un peu plus compliqué que prévu.

          3 (panique) Putain, y'a du boulot.

               4 (rage) J'écris de la m...

                    5 (désespoir) Ma vie n'a plus de sens.

               6 (écoeurement) C'est n'importe quoi, mais c'est un entrainement pour le prochain.

          7 (fatigue) Encore 10 000 mots à torcher et je suis bon.

    8 (épuisement) Fini. C'est nul, mais pas autant que je craignais.


Alors ça s'applique parfaitement à l'étape de la relecture, hein. J'en suis donc à l'étape 7. Je ne souhaite que finir.

Rha. J'ai quand même bien bossé ce WE en relisant une centaine de pages.

Je me demande ce que je vais faire après pour m'occuper en attendant les retours. Ah oui, je vais m'occuper de la nouvelle charte de CoCyclics et de lire le 2eme tome des Fedeylins. En attendant que je me décide à corriger la Course de la Lumière. Je sais que c'est faisable, j'ai juste à me lancer. Pom pom pom. Je préfèrerais prendre un mois de vacances au brésil ceci dit.

vendredi 19 décembre 2008

Ma nouvelle bannière

Voilà, ça y est, c'est fait, aujourd'hui j'ai mis en ligne ma nouvelle bannière, faite de mes blanches mains. Je suis assez fière de moi mine de rien, car je ne suis pas graphiste pour deux sous. Sûrement que dès qu'on regarde de plus près, ça se voit. 

Nan, mais on s'en fout, elle est trop belle.
(edit: c'est mon vrai eee à moi que j'ai découpé et mis dans la bannière ! Je suis trop forte, vraiment ! :D)

Oui bon, sinon, rien de neuf. J'ai rien foutu ces deux derniers jours.



jeudi 18 décembre 2008

Un grand merci

Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, un petit CTRL + F5 pour mettre à jour vos caches.

Vivement la nouvelle bannière !

PS: petite honte d'hier. Je me grattais le nez (saleté de peau morte, eh oh ! N'imaginez pas que je me fourre les doigts dans le nez au volant!!!), je tourne la tête, et là, deux collègues hilares dans une autre voiture.
 -_-°

Life is a bitch.

Manchotte

Il était une cape, que je voulais parfaite.

Mon coeur avait fondu pour un lainage noir à pois blanc fort cher, brisant ma carte bleue de sa force ouranesque.

J'avais le patron, j'avais décidé de ne pas faire la doublure.

Je m'appliquais à coudre les pièces ensemble hier, sauf une manche. Trop fatiguée, je procrastinais jusqu'à ce soir. Mais, prise d'un doute, je m'auto-convainquis qu'il me fallait une doublure. Sauf que je n'avais pas prévu celle-ci, et donc, je me mis en quête de la bonne doublure, la manche libre à la main pour marier les tissus. Au final, la doublure d'une vieille robe à pois rencontra mes ciseaux. Et il fallut découdre la première manche.

Je m'appliquais à bien coudre la doublure à la cape, avec un certain succès d'ailleurs. Il ne manquait plus que les manches et le col.

Seulement, une manche manquait à l'appel. J'eus beau retourner la maison, je ne la trouvai pas.

Ma cape manchotte attendra donc demain. Que je retrouve la pièce perdue ou que j'en découpe une autre.

Life is a bitch.

Bonne nuit.

mercredi 17 décembre 2008

Gilet de berger

En attendant ma jolie cape, voici le petit gilet que j'ai fait pour mon haricot le mois dernier.
Patron gratuit C'est dimanche.

Zoom sur mon deuxième appliqué!!!



mardi 16 décembre 2008

Mon beau sapin

Des BDs et un petit geste ?

Le casting de votre roman

Alors, un peu de folie sur ce blog que diable ! Je suis une marrante moi, faut pas croire les gens.
Je lance une chaine spécial écrivains. Donnez votre casting d'acteurs pour votre roman en cours, avec photo. Et tagguez trois autres auteurs de votre connaissance.
Bien sûr, ils seront tenus de vous lier dans leur article.


Alors au casting d'Au sortir de l'ombre, je prévois les acteurs suivants:


Personnages Principaux

William Lake — Will Smith


Heinrich Schleimacher — Jamie Bambers


Christopher Stace — Russel Crowe


Lady Eileen — Cobie Smulder







Van Gatik  — Bruce Willis
 

Le prêtre Gregorio — Tom Hanks



Richard Bronn, la banquier — Dustin Hoffman

Lord Orwald — Jack Nicholson

Monsieur Dixon — John Cusack



Le Conservateur — Hugh Jackman



Lisa Reese — Witherspoon





Et pour Logodus, figurez-vous un colosse habillé d'ombre, à la peau norie squammeuse, aux épaules massives et aux mains griffues, et dont le visage sans autre découpe que sa gueule vous fixerait de ses yeux rouges luminescents.


En gros.

Je refile cette chaine à Blackwatch, Gaby, et... Baldwulf.
:D

lundi 15 décembre 2008

Virée !

Vous ne le croirez pas. Je me suis (presque) fait virer d'un italien "express" ce midi à Géant. Pour moi c'était tout comme, et le message était très clair. Je viens une à deux fois par semaine en gros, donc je suis repérable avec mon eee customizé.

J'avais fini de manger depuis cinq à dix minutes, je relisais ASLO, j'étais à fond, quand la serveuse me dit:

"Excusez-moi, vous ne pouvez pas aller sur le comptoir pour continuer votre ordinateur? Les places sont chères le midi et j'ai des gens qui attendent."
...

Je me suis barée.

Je ne prends pas toujours la formule la plus chère. Tout dépend de mon appétit. Mais là, qu'ai-je compris? Qu'en gros on s'assoit pour manger et après, on dégage. Ou on reprend un café. Est-ce qu'on peut rester à table le temps du café? Ou doit-on aussi le prendre au comptoir?

J'étais furieuse. Je me demande à quoi sert le wifi dans la zone commerciale si ce n'est pas pour s'en servir. Ah suis-je bête ! Il y a des bancs, c'est prévu à cet effet.

Donc maintenant, consommer ne suffit pas. Et j'écris où le midi? Ben dans ma voiture, puisque dans les snacks ce n'est même plus possible.

ps: plus que 180 pages à revoir sur 560.

Robes japonaises

Vous vous souvenez sans doute de ma première XIII du livre 05 - Otona no couture one piece smoke blouse?




Forte de cette réussite, je me suis attaquée à une XX, mais dans un tissu noir un peu élastique, hélas, trop épais pour cette robe. Je n'ai pas réussi à faire correctement le devant, je me suis donc rabattue sur des plis. On ne voit pas bien sur la photo, mais ça me donne une allure de femme enceinte. :(

Autant dire que je ne la mettrai pas. (Edit: du coup, je l'ai envoyée à ma copine Elodie, qui elle est enceinte. C'était une surprise !!!)



Avec le recul, je me dis que j'aurais dû refaire une XIII avec ce tissu et me faire une ceinture obi pour aller avec. Autre déception hier soir, je voulais me faire une cape avec le reste de tissu de ma XIII, mais il me manque 15 cm de tissu. Bon. J'ai encore un grand bout de tissu pour me faire une robe. Je me tâte. Je réessaye la XX ou pas?

Question cadeaux de noël, j'ai bien avancé mais je ne crois pas que je vais pouvoir en faire pour tout le monde. Evidemment, je ne peux rien vous montrer.

vendredi 12 décembre 2008

Total look, ou pas?

Cette semaine, j'ai soigné mon look. J'ai mis des robes, des leggings, je me suis coiffée et maquillée (un peu, hein, juste de quoi masquer les cernes).

Ben tout le monde était super surpris au boulot. Genre comme si ça ne m'arrivait jamais. Le point positif, c'est que ça me va bien.  Le point négatif, c'est qu'en gros, d'habitude, je ne ressemble à rien.

mardi 9 décembre 2008

La ceinture qui claque

Hier, je me suis achetée une ceinture. J'ai cédé aux sirènes de la mode, je me suis achetée un accessoire, c'est bien rare, mais j'ai craqué. Un accessoire tous les 6 mois, autant dire que le choix était soigné.

L'objet est une ceinture large pour taille haute, élastique, qui se clipe pour se fermer.

Forte de ma taille 38, j'ai choisi la taille 2.

Debout devant la glace, formidable, j'avais le look mademoizelle.

Mais life is a bitch.

Que je m'assoie ou que je me penche ou que je m'accroupisse, et glang ! la ceinture bondit jusqu'à la stratosphère.

LIFE IS A BITCH.

Mais Nereij et mes collègues se bidonnent. Tant mieux pour eux.

Mon cadeau de noël

On n'est pas si loin.

ASLO, dernière relecture avant envoi bêta: 200 pages / 560.

360/15 = 24 pages par jours.

C'est faisable quand même.
Je veux me débarrasser de cette relecture pour le réveillon.

J'ai encore 4 en-têtes de chapitres à écrire, la reprécision de St Pancras Old Church qui est un poil petite à corriger, 2-3 détails à ajouter. J'y suis presque bon sang, j'y suis presque !


mercredi 3 décembre 2008

En passant

I feel Kwoon.

Je viens de commander leur album qui reflète mon état d'esprit. J'ai soif de rêverie, à défaut d'avoir l'énergie et le temps surtout de faire aboutir tous mes projets. Alors chaque soir, je vertige avec Jerome Noirez, et ses fééries pour les ténèbres m'engloutissent pour une heure volée à mon sommeil.

J'ai terminé de réaliser un album photo de mariage pour des copains et ça m'a pris un nombre d'heures incroyable quand je fais le calcul de mes soirées et des deux samedis après-midis sacrifiés à cette tâche. Ouf, il est parti, ils l'auront donc avant Noël.

J'ai perdu le boulot que j'avais fait pour NB, CoCyclics et ASLO m'attendent, et je suis submergée au travail, alors je patiente et je rassemble mes forces en prévision de l'effort.

Peut-être que je me fixe trop d'obstacles à franchir, mais comme je rêve d'adiales, rien ne me semble impossible.

jeudi 27 novembre 2008

J'ai pas avancé d'un pet de lapin de toute la semaine.

Ce midi, je me mets sur une table de snack dans un petit coin, ma pizza sur mon plateau, je m'installe tout sourire, toute contente à l'idée de déplier mon eee qu'un collègue m'a gentiment rechargé. Une fois installée, je lance Open Office et j'ouvre ASLO...

Limite je fais craquer les jointures de plaisir...
Et là, c'est le drame.

— MAMAN, OUIIIII !!! LA !!!" braille une quarantenaire à sa mère qui se trouve à ma hauteur. Je te prends quoi???
— Ce que tu veux!
— D'ACCORD !!!!
>_<
Bon j'avance ma chaise, la dame s'installe à côté. Je repars dans ma modif... L'autre — appelons-la la chieuse — la rejoint trente secondes plus tard. Elle parle super fort.

— Ah dis donc, en plus faut attendre que les pizzas réchauffent... Pffff... Je vais faire pipi, je t'ai pris la cham-pi-gnon.

Je soupire, et je repars dans mes corrections. La serveuse dépose les pizzas, la maman de la chieuse, engloutit ce qu'on a posé devant elle. La chieuse revient.

— Ah mais non !!! NON !!!! TU AS MANGé MA MOTAGNARDE ! Mais je lui ai dit à la fille ! La champignon pour toi, la montagnarde pour moi ! C'est pas compliqué quand même, c'est UNE SEULE information !!! Un enfant de 4 ans y arriverait !!!

(Elle répète 3-4 fois le même laius, moi j'ai les doigts qui se tordent de douleur au-dessus du clavier, incapable de me concentrer avec elle à 10 cm qui hurle et qu'on entend à l'autre bout de la galerie commerciale.)
Et soudain, c'est re-le-drame.

— Mais dis donc maman ! MAMAN !!! Je t'avais bien dit que la champignon c'était pour toi !!! Je te l'avais dit !!! JE L'AVAIS DIT !!!!

...
Hi Ha.

Quand elle a commencé à parler d'une nouvelle commande parce qu'elle ne voulait pas de la champignon, s'adressant à sa mère qu'elle avait envoyé réchauffé la part de pizza de l'autre côté du snack, j'ai craqué, je me suis barrée. La serveuse m'a lancé un regard désespérée, la pauvre.

Y'a des gens qui n'ont vraiment aucun respect des autres. J'étais à deux doigts de lui faire manger ses champignons par les trous de nez.

Donc ce midi, ASLO: + 2 phrases.
Hi Ha.

J'aurais dû lui dire avant de partir:

lundi 24 novembre 2008

Bad Kharma

Que se passe-t-il quand par une belle nuit de noce, un témoin et son mari s'égarent?


...



...


Les mariés les retrouvent dans leur lit, bien sûr.

La hon-te totale. Il paraît qu'on était les seuls à ne pas savoir que c'était leur chambre. Dire qu'ils ne nous ont même pas virés de leur lit (parce qu'on était malades de rhume avec un e). 

En tout cas, ils ont fait un beau mariage. Ils étaient beaux, le campagne a coulé à flot, tout le monde a admiré ma superbe robe, et en plus, on a super bien mangé et dansé toute la nuit.

Par contre, Kharma n'a pas apprécié notre détournement de matelat. Madame Syven a oublié quelque part son chargeur de eee pc, et elle a perdu sa clef USB. Kharma n'oublie rien, ni personne, et Kharma veut qu'on respecte les mariés.

Kharma a raison mais je voudrais bien retrouver mon chargeur d'eee pc. Ma sauvegarde était sur ma clef USB. Je n'ai plus de batterie, moins de 3 minutes. J'ai quand même une version du 17 novembre sur mon pc du boulot (j'avoue, je m'en sers parfois pour imprimer des trucs), mais j'ai bossé le midi dessus entre temps, donc ce n'est pas la dernière version.

Nan, je ne panique pas. Je self-controle, mon collègue m'amène un chargeur d'eee demain.
Tout-va-très-bien.

jeudi 20 novembre 2008

I did it!

Oui ! J'y suis arrivée !!!

I DID IT!!!

Je me suis cousue une robe pour le mariage de ma plus vieille amie !!!
>_<
Ben quoi? Vous ne croyiez pas que j'avais fini de relire ASLO non plus ?

Bon, j'ai une sale tronche car il est tard et je suis dans mon atelier hein, mais v'là la petite merveille:

Oui bon, j'ai un peu l'air enceinte, mais c'est la coupe, et on s'en fout.

mercredi 19 novembre 2008

Les questions / se bêta-lire

Ceci est un Robert Revival. J'ai même déterré le PDF pour l'occasion. Il se peut que je le revoie en janvier.


Ce petit article rentre dans la catégorie comment bien se relire une fois qu'on a terminé d'écrire le premier brouillon.

Les questions sont le nerfs de la guerre, et c'est une partie des éléments de fond qu'il faut bien maitriser. Je vous vois froncer le sourcil. Explications.

Votre roman suit des fils directeurs, par exemple, Robert qui se met en quatre pour montrer sa bravoure à son roi avec le vain espoir de décrocher la main de sa fille, mais ce fil là est entremêlé avec celui du complot qu'il découvre par hasard.

Au fur et à mesure que le lecteur avance dans la lecture en suivant le premier fil, il va découvrir le second, et ce sont ces deux fils qui créent la dynamique de votre roman, l'intrigue en somme. Et pour intriguer, vous semez des questions. Qu'il s'agisse de SFFF, d'un thriller ou de littérature classique, le lecteur se pose toujours des questions, parce que vous l'auteur, vous les créez en semant des pistes, des indices, des rebondissements inattendus, ou même, attendus.

Ces questions sont un vrai croc en jambe si elles ne trouvent aucune réponse. Elles sont le lien délicat qui attachent le lecteur à votre histoire. Il arrive qu'un fil directeur ne soit qu'un prétexte à en introduire un autre, mais dans ce cas, le fil lui-même mérite sa petite conclusion.

Par exemple, Robert comprend que définitivement, il n'a aucune chance de l'épouser, quand le roi annonce officiellement les fiançailles de la demoiselle avec un vieux prince du grand-royaume-de-l'isle. Ca ne l'empêche pas pour autant de poursuivre sa quête de complot. Mais si tout à coup, sans rien préciser, vous abandonnez son obsession pour cette fille sans crier gare, c'est-à-dire, qu'elle disparaît purement et simplement de l'histoire, le lecteur va se demander pourquoi il en a fait tout un foin.

Mais là, je digresse. Revenons-en aux questions. Souvent, on utilise ces questions pour amener le lecteur sur une piste: la question le conduit à certaines actions qui l'entrainent vers de nouvelles actions/questions. De fil en aiguille, on en oublie parfois de résoudre la question initiale à la rédaction. Bien sûr, certaines questions subsidiaires ne nécessitent pas forcément de clarification, mais dès lors que vous faites de la question un élément prédominant qui dure, le lecteur va vouloir une réponse, quitte à la trouver lui-même si vous intillez savamment ce qu'il faut pour qu'il se fasse sa propre idée.

Exemple: A voir courir Robert après cette princesse, on se demande forcément si elle a des sentiments pour lui. En particulier, vous pouvez entretenir le doute après l'annonce de ces fiançailles ou choisir de lever ce doute. Tout est une question de traitement dans le texte.

Même si on a bétonné son scénario, la rédaction déborde souvent un peu, alors croyez-moi, il n'est pas inutile de se relire et de noter les différentes questions qu'on a posées, et de les rayer quand on trouve plus loin la zone de réponse.

Une bonne vieille liste suffit. Si vous êtes très appliqué, vous noterez les réponses, mais noter les questions et les rayer, c'est déjà pas mal. Une fois que vous serez arrivé au bout du roman, vous y verrez plus clairement dans quelle position se trouve le lecteur (ainsi que quand on lui répond, le pauvre—le moment est aussi important pour la crédibilité).

C'est là aussi qu'il ne faut pas tomber dans un autre piège, se dire qu'on répondra aux questions dans un autre tome pour les raisons suivantes:
- une avalanche de réponses n'est pas forcément ce qu'attend le lecteur
- un lecteur qui ne trouve pas assez de réponses a la sensation qu'on le fait courir. Et le lecteur n'est pas un lapin. Pour être satisfait quand on referme un roman, il faut qu'on ait eu sa dose de réponses ou d'éléments de réponse pour se bâtir sa théorie. Sinon, on ne sait pas trop si on a bien compris, si ça a un sens.
Donc sans répondre à tout et sans empiéter sur la suite, il faut que le tome se justifie.

Eh eh. Dans le cas de Robert, tout est si simple.
Je pense que la princesse ne sait même pas qu'il existe. Le pauvre.

lundi 17 novembre 2008

Le sac

Le summum de la journée qui part pas très bien, ça devrait être de recevoir une lettre des impôts, pas d'arriver au boulot le matin, en ballerine à étoiles bleu pétant, et de déballer son sac à main avec toute la discrétion possible dont on peut faire preuve dans pareilles conditions. Autant vous dire que mes collègues n'en ont pas perdu une miette.

Hic. Miettes. Parce que comme je suis un spécimen génétiquement modifié de dinde, j'ai astucieusement rangé dans mon sac à main des gâteaux au chocolat. Deux. Pas emballés. Ils ont fini en bouillie adhérant à mes effets de fille...

Envoyant valser ma tentative de discrétion, j'ai fini par renverser le sac par la fenêtre, mais la doublure est sale. Geez. Ma belle pocheeette de eee va être tachée...

Mais bon, la semaine ne commence pas si mal: les impôts m'ont rendu 51 € !!! Incroyable !!! Dingue !!! J'avais trop payé !!!!

PS: Cliquez et votez pour Smoke !!!
funny pictures
moar funny pictures

mercredi 12 novembre 2008

En passant

On lit de ces conneries sur le net des fois.

Genre, je tombe sur une photo de Will Smith et Jada Pinkett (mariés et heureux depuis 11 ans). Mouarf, me dis-je, ils sont photogéniques mais ils n'ont pas de mérite avec leur gang de maquilleurs (pétrie de bonne mauvaise foi, cela va sans dire, attends j'ai le droit de médire, ils sont beaux, riches, et heureux — ils en ont l'air en tout cas et c'est tout le mal qu'on leur souhaite.)
Et que lis-je sous la photo ?
"Vous trouvez pas que Will est bien plus beau que Jada?"
J'ai relu, hein, je croyais que c'était une blague. C'est trop crétin. Genre Jada n'est pas belle ????

En tout cas, je préfèrerais être gaulée comme Jada que comme Will. Question de feeling.

Les surprises d'Estelle

Bon, comme je sais qu'elle ne se connectera pas vu qu'elle est occupée à roupiller quand sa puce d'un mois lui laisse un peu de temps libre, je vous mets ici les photos du sac réalisé poru sa grande (contrainte: noir et rouge.)



Et une autre, partielle, de ce que j'ai fait pour la petite, mais qu'est-ce que c'est??? (Indice : la photo du sac noir.)




mardi 11 novembre 2008

99.9%

Je ne peux pas écrire 100 %, parce que je suis arrivée au bout des 500 pages
à relire, et que j'ai trois pages de points à traiter inscrits sur mon précieux carnet qui me suit partout. J'ai aussi une dizaine d'intro à ajouter, mais grosso merdo, je tiens le bon bout, je suis presque à la fin, c'est la dernière ligne droite avant l'étape cruciale des bêta-lecteurs.

Pour faire une comparaison à deux euros dix avec la couture, je suis en train de faire les finitions, mais j'ai déjà retourné le sac, il me reste deux boutons et trois rubans à accrocher.

En parlant de couture, ce WE, je me suis déchirée.

Il faut que je vous montre le lapinou kitchou (le lapinou qu'est kitch et chou !!! ^^).
Oui, il n'est pas dans le bon sens (soucis de gestionnaire d'images, j'ai eu la flemme d'aller sur flick-r), je sais bien, mais tant pis, ça vous donne une idée. J'ai aussi presque fini un lot de cadeaux de naissance, je suis super fière de moi, je vous montre ça bientôt.


:D Je suis trop à fond moi !

vendredi 7 novembre 2008

Des news, vite fait

Vous allez croire que je me cherche des excuses pour ne pas terminer de suite mon roman. Mais c'est faux. 

Avec les WE des utopiales, j'ai eu l'occasion de beaucoup discuter de CoCyclics avec les autres permanents présents. Et au risque de me montrer dictatoriale, j'ai enclenché de nouvelles opérations pour refondre le collectif.

Donc je travaille avec nos 39 membres à un nouveau CoCyclics.
Ca va déchirer sa mé-mère, je vous préviens !

http://www.cocyclics.org

ps: 96 %, 2 pages de points à revoir, j'ai presque fini Au Sortir de l'Ombre.

mardi 4 novembre 2008

Les utopiales

Rha ! Ce WE ! C'était génial.

Rendez-vous compte. Des gens que je cotoyais sur le web depuis des années, et attention, par cotoyer, je ne veux pas dire seulement échanger des commentaires de blogs, mais des relectures de textes, de romans ! Des mois de cogitation pour créer CoCyclics ! Du travail en veux-tu en voilà sur notre forum ! L'Echange quoi, avec un grand E.

Et puis on a beaucoup rigolé. Beaucoup. Et beaucoup beaucoup beaucoup bavassé.

Bon, j'ai quand même un peu fait ma timide, mine de rien, même pendant que Nathalie Dau me dédicaçait un roman, les débris du chaudron, sur lequel je lorgnais depuis un moment. Le côté j'ai devant moi la personne qui a écrit ce bouquin ça me rend toute chose. J'aurais dû discuter plus avec Menolly. Mais j'ai arraché une dédicace à Karim Berrouka sans avoir sur moi mon bouquin (merci Roanne !) 

J'ai aussi obtenu une dédicace de Jeanne A. Debats, qui a reçu pour  La Vieille Anglaise et le continent, le Grand Prix de l’Imaginaire 2009 (nouvelle francophone) et du Prix Julia Verlanger 2008 ! Donc je l'ai lu hier soir, et je ne peux que vous le conseiller vivement. C'est une histoire superbement écrite, belle et cruelle à la fois, j'y reviendrai.

J'ai réussi à causer avec Christophe Lambert ! J'ai fait ma fan, en insistant sur le côté documentation de roman et j'ai fini par avouer que je me servais copieusement de la biographie à la fin pour trouver des sources historiques. Il m'a souhaité bonne chance ! Et truc rigolo pour ceux qui connaissent Nathalie Salvi, il m'a fait un petit dessin BD dans sa dédicace ! 

Et j'ai vu ROBIN HOBB !!!


Mais j'y reviendrai.

jeudi 30 octobre 2008

Ma pocheeette à fermeture éclair

Voilà, admirez le travail.

Mais je n'en ferai pas d'autre des comme ça. :-p
Désolée. (Ou pas!)



PS: on clique clique pour voir les autres photos !

mercredi 29 octobre 2008

Un sac pour un MSI

Voilà, j'ai fini par vaincre ma flemme et dégainer l'appareil photo pour vous montrer le sac que j'ai réalisé pour Aphrael:





Satin noir et tissu Little fabric importé de Londres. La classe.
Plus de photos ici.

mardi 28 octobre 2008

Dans le calme

J'ai du mal à m'agiter à cette heure. Lorsqu'il fait froid et sec, j'adore mon cocon de train-train quotidien, chaud et prévisible. Il fait 25 dans mon bureau, je me sens à ma place comme à la maison, et compulser mes petites choses à ajouter dans mes documents me suffit amplement.

C'est le matin. Il faut y aller doucement.

La crise est comme le remugle lointain de la mer, une fois sa puissance oubliée... On n'imagine pas qu'elle pourrait venir tout bouleverser, d'une chiquenaude.

***

Je suis prise d'une flemme mes enfants, d'une flemme !!! C'est l'hiver, le feu dans la cheminée, la perspective repoussée de ma fin de correction pour Au Sortir de l'Ombre...

Hier soir, j'étais seule, j'aurais pu faire de la couture en veux-tu, en voilà ! Je me suis contentée d'accrocher une anse et un bouton au sac d'Aphrael. Je n'ai même pas eu le courage de le prendre en photo.

Après, j'ai décousu tout ce que j'avais fait pour So. J'ai changé d'avis. Et du coup je n'ai rien fait de plus, j'ai regardé la télé.

J'ai lu la nouvelle de NB dans Vanille Givrée, je l'ai trouvée très bonne (ah ah !), et je vous la recommande chaudement (oh oh!) :




mercredi 22 octobre 2008

Il a eu son financement

Si je fumais encore... je serais allongée sur mon divan, en slip t-shirt, la clope à la main, le verre de rhum sur la table. Je dessinerais des ronds improbables, qui s'envoleraient en fumée vers la cheminée. Le bois crépiterait sans demie mesure, pour habiller le silence, et réduire au néant le sarcasme dont si souvent il me gratifie.
Il arrive que ce genre d'instant se produise et dépérisse, alors tant que je le surveille du coin de l'oeil, à s'amuser avec les braises, je le retiens. Nul besoin d'aircraft, de fantôme ou de licorne, pour saisir quand un moment de magie nous est accordé.
Tout devient simple, le monde reprend sa place, et enfin se pointe la normalité.
Est-ce possible vraiment? Est-ce l'alcool qui me ment? Ou bien, suis-je si méfiante comme les chats errants que je ne puis supporter un simple moment de grâce ?
Je ne fume pas ma clope mais je suis sur mon divan. J'ai basculé en arrière et de mes épaules, j'ai rejeté le poids des craintes. Tout cela vous paraîtra grandiloquent, mais il y a quelques minutes, j'observais soulagée, au-dessus de moi, le firmament.

mardi 21 octobre 2008

Un petit bilan des vacances

Force est d'avouer que ma semaine de vacances n'a pas été prolifique.
Je me suis cousue une pochette pour mon eee, mais je me suis galérée au point que j'ai dû m'y prendre à trois fois (c'est un autre modèle, mais inutile de me faire les yeux doux pour en avoir une, je me suis trop galérée, même si j'ai trouvé depuis al solution à mon problème...)

Question collectif, je n'ai pas installé le mod promis sur le forum de CoCyclics...

Question corrections, ahem. Moi qui me disais que j'allais réussir à terminer pour les utos, je m'enfonçais grave le doigt dans l'oeil. Arrivée page 400 (sur 500, danse de la joie, youpi mega tralala), je me rends compte d'une ENORME incohérence qui — tatatam, investigation process —remonte à la page 300.

Je vous avoue avoir laissé échapper un bon gros juron bien grossier. A peine ai-je fini de lacorriger, que je me rends compte d'une nouvelle incohérence, localisée cette fois, mais qui me demande intrinsèquement de faire un choix cornélien. Plus de sang ? Une déroute totale, un problème terrible pour la Guilde d'Ae? 

Ouais. Et en plus ! J'ai un problème de fluidité au niveau d'une scène super importante, et de nouveau une blessure que j'ai complètement oubliée. Genre, à chaque fois qu'ils se battent mes gens, ils sont blessés. Mais j'oublie cinq pages plus loin. Non mais franchement ! A croire que j'ai de l'eau dans le cerveau !!! J'ai un peu supprimé pas mal de blessures, trop en fait. Je ne peux pas non plus les laisser traverser tout ça indemnes, ce serait trop injuste (et pas très réaliste).

Donc je suis bloquée à 80% de la fin. 
Rha.

RHAAAA !

Life is a bitch.


PS: vous trouvez ça normal vous, que l'argent de l'état, de NOS impôts, il aille aux banques pour qu'elles nous fassent des prêts qui les engraisseront à nos dépens, quand on ponctionne l'éducation et la santé? Crise ou pas, j'ai un peu de mal à encaisser.

jeudi 9 octobre 2008

Drôle de silence

Ce n'est pas que je n'ai plus rien à dire sur l'écriture. Enfin peut-être.

Je me rappelle avec une certaine joie le temps où je buchais sur les aventures de Robert (je m'écorche les yeux à chaque fois que j'y jette un oeil à cause des fautes d'orthographe, il faudrait vraiment que je fasse quelque chose). J'étais toute neuve sur ces sujets, je me documentais, j'apprenais... Non pas que je n'ai plus rien à apprendre, c'est juste qu'à partir d'un moment, rien ne vaut l'expérience de la pratique. Je n'ai plus besoin de mes recettes pour les appliquer, je les connais bien (et pour l'orthographe, il n'y a pas grand chose à faire, sinon lire et se relire encore plus.)

Hier soir, je lisais un peu (pour changer), et je me suis rendue compte que j'ai basculée en mode bêta-lecteur à l'instant même où l'auteur a commis deux trois erreurs sur la même page, des tournures bizarres, un problème de référence grammaticale. Heureusement, page suivante, tout est rentré dans l'ordre. Sur le coup, ça m'a fait l'effet d'un truc de dingue. J'ai eu l'impression que cette seule page avait échappé à l'oeil acéré de l'auteur. 

Après, il y a eu le moustique. Cette saleté de moustique qui bourdonnait dans la chambre. Je l'entendais sans le voir. Il m'a gâché ma lecture pendant dix bonnes minutes. Je le sentais s'approcher, s'éloigner... Je regrettais presque les araignées (car mon chéri a mis dans la chambre des baguettes pour qu'il n'y ait plus de trous entre le lambris et le plafond; du coup, on n'a plus d'araignées dans la chambre).

J'ai quand même fini par le buter le moustique (j'ai eu une petite pensée pour Sperare au passage — rha, les noobs, ils connaissent pas le Monde des Fedeylins). 

De temps en temps, quand ma force écrasante triomphe de la nature, je me sens presque l'aura d'un gothan, sanguinaire, machiavélique, surpuissante et au-dessus de tout !!!!  Mouahahahahah ! Bon, et puis après je suis retournée à l'ombre (i.e. j'ai éteins la lumière pour faire dodo — j'acquiesce, il serait temps que je finisse mes corrections d'Au Sortir de l'Ombre avant que jene  finisse complètement barrée).


mardi 7 octobre 2008

B-eee-sace "Divi special"

Je l'ai faite pour la femme de mon copain Divi. C'est pour un eee 1000. Il manque la perle pour la fermeture. Ca pète hein? Pour une fois que les photos sont lumineuses !
J'ai découvert quelque chose ce WE: le pied pour les fermetures éclairs ! c'est vachement plus simple d'utiliser le pied fait pour, que de se galérer comme je faisais avant ! ^^

Bon. Plus que trois b-eee-saces en liste. Pfiou. Mais j'ai trop plein de trucs à faire à côté !
ps: d'autres photos sur mon album: http://www.flickr.com/photos/27912371@N04/sets/72157605768795187/



lundi 6 octobre 2008

B-eee-sace dentelle

Il faudrait qu'on m'explique pourquoi me photos sont toujours hyper sombres.

Donc, je vous présente la b-eee-sace dentelle, faite pour Lowett, assortie à la pocheeette du même nom dont elle est l'heureuse propriétaire.





Plein de photos sur mon album !

vendredi 3 octobre 2008

Non, je ne suis pas morte

C'est pas que je vous oublie, c'est plutôt que j'ai une crève de cheval, et que ça me tue toute vélléité de faire quoi que ce soit. A part bouquiner un peu. D'ailleurs, j'ai découvert le mode e-book du eee, très très bien, j'ai décidé de poursuivre ma lecture des fedeylins comme ça, vu que mon chéri éparpille du Au Sortir de l'ombre un peu partout, ça me fait bien assez de paperasses sur lesquelles glisser au réveil — merci, ô coeur de ma vie.

Bref, je parlais de moi en fait. J'aime bien. Bon, donc, ma gorge est en flamme, mon sinus est bouché, ma tête a triplé de volume, ET j'ai un mini panari au bout du pouce.

Life is a bitch.

Je n'ai rien corrigé cette semaine, alors que bon sang, je voudrais finir pour le 1er novembre. Y'a les utopiales, donc dans mon planning, c'est la date charnière.

(Je me rappelle plus où je voulais en venir d'ailleurs... Ah si.)

Comme j'étais naze mercredi, et comme je ne peux pas rester à rien faire (considèrerais-je la sieste comme un élément obscur de la force???) , je me suis dit banco, je vais faire de la couture pendant que le Haricot dort. Bien mal m'en a pris, j'ai commis une erreur classique (j'explique pas, y'aurait qu'une photo qui ferait l'affaire et j'en ai pas prise), je me suis échinée, j'ai tout décousu puis recousu... Et bam, alors que j'avais presque fini la b-eee-sace de Lowett, drame, plus de fil marron. PLUS DE FIL MARRON ! Alors que si j'avais juste cousu comme il faut, à l'heure qu'il est le sac serait à la poste, parti pour la Belgique.

J'en profite pour annoncer que blah, c'est fini les commandes, j'en peux plus de travailler comme une bête. Donc après la petite dame qui m'a fait une demande sur CoCyclics, c'est FINI.

Rha. Je suis trop fatiguée. Vivement mon lit.

lundi 29 septembre 2008

Confessions

Bon, je viens de lire un bouquin... C'est vrai que je ne vous parle pas beaucoup de mes lectures, pourtant je lis pas mal. Pas autant que je voudrais, c'est sûr, mais roupiller ou lire, j'ai choisi roupiller (la plupart du temps). Quand j'étais à Munich la semaine dernière, j'avais donc emmené un roman lequel se passait à Londres en 1860, traitait de secte et de machination, et ce avec une bonne pointe de fantastique. Tous les ingrédients étaient réunis pour que je passe un super bon moment.

Ahem.

J'ai été hyper déçue.

Déjà, parce que l'histoire ne m'a pas plue. Trop convenue. Pas un seul émolument ne m'a surprise. Même pas au final la méga trahison, alors que je reconnais que l'auteur l'avait bien gérée. Les personnages m'ont ennuyée. Trop stéréotypés. Le personnage principal est à claquer. Aucun personnage secondaire n'a obtenu ma sympathie. Pire les histoires amoureuses des uns et des autres m'ont parues carrément surjouées, du moins, c'est ce que j'ai ressenti à la lecture. Pfiou, et "l'alchimie" m'a gavée, au point que j'ai survolé certains dialogues (ah mais, la neige, c'est la pureté, ah mais non, on voit bien qu'en fait ça représente la mère, donc la matrice, l'ourobouros...) Je suis très très dure, je sais.

Enfin le XIXeme, et Londres. L'auteur a effectué de parfaites recherches. Pour Londres, je n'ai pas de commentaires à faire, c'est très bien. Pour les détails quotidiens, par contre, il y en a un poil trop. Genre, donner le titre ou le nom de l'auteur du livre qui traine sur une chauffeuse en plein cambriolage. Ou encore, la marque de la locomotive qui entre en gare alors que le perso est tout sauf sensible à ce détail de par son caractère (si c'était un môme, je comprendrais, mais là, non!)

Ce genre de détails me saute à la figure. Je vous assure. Surtout que j'ai reçu mon dictionnaire de Londres au XIXe (non, mais non, je suis pas du genre à lire un dico. Ou si, en fait.) Donc dès que me met un "youhouhou regardez le beau détail XIXeme", s'il ne se fond pas agréablement dans le texte, ça m'écorche l'oeil.)

Alors vous penserez peut-être que je suis plus sensible à ces détails du fait que je travaille sur le sujet en ce moment. Certes, approuverais-je, mais même si le lecteur lambda n'y est pas sensible, il est certain que je n'ai pas ressenti cela avec les autres romans de mes contemporains qui se passent au XIXeme. Je sais, je suis dure, mais je n'ai pas dit que c'était mal écrit non plus, c'est une opinion subjective, et je ne donne pas le titre parce que c'est un premier roman. Et puis surtout, comme ça, personne ne pourra comparer avec ledit roman et rigoler en me faisant remarquer que je n'ai pas mieux fait, bien au contraire... Oups.

Je suis mauvaise joueuse. Mais c'est mon blog, tralala.

Donc, autant vous faire partager mes inquiétudes personnelles quant à mon ASLO en cours de révision draft-number-two.

1. Je flippe comme une dinde, parce que j'ai trop peur qu'on voit que je n'ai pas mis les pieds à Londres depuis au moins, pfiou, trois ans. Surtout que moi, les cartes, les distances, et les unités en règle générale, on n'est pas copines.

2. Je flippe comme une folle qu'on ne sente pas l'ambiance XIXeme.

3. Je flippe encore plus maintenant grâce à cette dernière lecture qu'on me taxe d'en faire trop.

4. Je me liquéfie qu'on puisse penser que y'avait pas de raison que ça se passe au XIXeme (alors que la même histoire à notre époque, houdediou avec nos moyens de transport et de communication, ça aurait fait un boxon incroyable à gérer.)

5. je me décompose qu'on me fasse remarquer qu'à Paris ça aurait été aussi bien, oui mais moi madame monsieur, je suis plus Londres que Paris dans l'âme, alors j'ai fait avec ce que je connaissais mieux, genre je suis allée plus souvent à Londres qu'à Paris par exemple, et de surcroît, je suis plus familière avec la littérature anglaise XIXeme.

6. Je crois vraiment, vraiment, que j'ai pas choisi la facilité.

7. Question personnage stéréotypé, je n'y vais pas par le dos de la cuillère. Si-si. Donc je ne veux pas tomber sur moi comme lectrice.

8. Histoire de ne pas me payer la honte, je vais me trouver un autre pseudo pour envoyer ce bouquin une fois relu si mes bêtas ne me donnent pas assez de superlatifs élogieux ("Sinon, à part mes remarques, c'est pas si mal" = "tu peux corriger si tu as le courage, mais c'est pas pour autant que je trouverai ça uber-génial.")

Ah-ah. Qu'est-ce qui m'a pris de choisir l'écriture comme hobby...
Stress et travail.

vendredi 19 septembre 2008

eee-toiles

Bon, mercredi, j'étais toute dégoutée, j'avais râté mon eee-toile pour ML. Bêtement en plus, à cause de 2 cm...

Hier soir j'en ai refait un autre, mieux, en une soirée!
Voilà, je suis contente c'est tout.

Le résultat en image:Plus de photos ici:
http://www.flickr.com/photos/27912371@N04/archives/date-taken/2008/09/18/

jeudi 18 septembre 2008

Histoire de chiffres

Je suis une matheuse de formation. Certes, je fais une moue pas possible quand Nereij me parle d'intégrales (ah mais si tu sais bien que l'intégrale de cosinus, c'est zero, l'intégrale, c'est la surface et cosinus... stop, on débranche l'oreille), et j'ai fait un genre de reset sur les mathématiques (celles que j'appelle les profondes, parce que oui mesdames messieurs, j'ai déjà démontré que 1+1 => 1).

Mais j'adore les chiffres, je me complais dedans et je retiens super bien les codes.
Alors pour moi, les nombres de signes (mon côté littéraire), c'est jouissif. Là, je viens de calculer que s'il me fallait 45 minutes pour revoir 3% de mon roman, alors, dans (100-57)/3*45 minutes, j'aurai fini mes corrections.

(100-57)/3*45 minutes me séparent du bonheur absolu, me font passer de l'état premiet jet à version pour bêta-lecteurs, étape sine qua non avant la version pour les éditeurs....

Bon, 'tendez, je dégaine ma calculette.

* sors sa langue pour taper sur les bonnes touches *
* roulement de tambour *
645 minutes de travail.

Combien d'heures? 'Tendez, je divise par 60...
10.75 heures, soit 10 heures et 45 minutes.

C'est presque rien ça, dix heures.
Si je pouvais faire retraite une journée au fond d'une grotte (avec le wi-fi et l'électricité), sans môme ni chat ni mari, je pourrais y arriver.

Bon alors, dans l'assistance, qui a une grotte ? (avec seau évidemment—vous savez bien pour quoi faire).

PS: Il faut croire que je ne suis pas si à l'aise que ça avec les chiffres. Mon eee-toile pour M-Lyse est trop juste, le eee rentre mais pas le chargeur. Je suis obligée de le recommencer... RHA !!!


BONUS: J'ai découvert une super librairie en ligne trop top géniale de la mort qui tue. Allez-y, cliquez !


mercredi 17 septembre 2008

Le passager

Ca s'appelle déjà le Passager. 15000 signes. Le chat sera peut-être directement inspiré de Smoke, et rebaptisé Winston. C'est quand même vachement plus facile d'écrire dans notre monde, à notre époque. C'est pas mal de laisser un peu la difficulté de côté de temps à autre.

Sauf que Nereij a jeté un oeil sur ce blog. Moi qui croyais qu'il l'avait définitivement oublié... Même pas.

Donc je me suis faite assaisonnée ce matin. Pas méchamment, jusqu'à ce qu'il apprenne que je bossais aussi sur les Fedeylins (le roman de Nadia que je revois avec Blacky chez CoCyclics — on teste le Special Task Force de CoCyclics, plusieurs directeurs sur le même tapuscrit pour accélérer le mouvement), où là, il a carrément exigé que je lui remette Au Sortir de l'Ombre.
Donc, heu, je vais me remettre à mes corrections le midi si je veux pas voir mon mariage finir d'un coup, d'un seul.

Je vais mettre à jour mon encart spécial sur le côté. Je crois que plus j'en fais, plus j'en fais encore plus. Un nouveau super pouvoir ?

mardi 16 septembre 2008

Poch-eee-tte "Blue first"


Voilà. Je l'ai finie. C'est Miss Cecilou qui va être contente. Je l'aurais bien gardée pour moi je dois dire... :D
en attendant, je travaille sur l'eee-toile qu'on m'a commandé, toujours dans mon "Blue first", qui est un bête tissu d'ameublement qui rend trop bien.

D'autres photos de cette poch-eee-tte ici:

lundi 15 septembre 2008

Surchauffe

C'est mon 100eme message sur ce blog. Mais je peux pas vous causer présentement.
Je vais le faire quand même, je le sens, mais en vrai je ne peux pas.

Je suis en pleine frénésie créatrice. Je suis dans une passe où mon génie explose intérieurement (je préfère que ça reste intérieur, parce qu'extérieurement, pour l'instant, j'ai jamais vraiment senti une pluie de rose me tomber dessus tellement le monde saluait la beauté, que dis-je la grandeur! de mon génie). Et ça veut dire que j'ai une idée toutes les heures, j'exagère à peine, mais presque pas.

Du coup, j'ai le CPU over-cloaké, parce que des machins se collisionnent dans mon cerveau, et l'inévitable s'est produit, oui mesdemoiselles, mesdames, messieurs, j'ai eu une idée de scénar, et comme je n'ai pas eu le bonheur de me voir tenir un stylo ou d'approcher mon eee de tout le WE, j'ai le ciboulot prêt à péter au-dessus de mon carnet, ou de mon clavier au choix mais va falloir qu'on octroie le droit d'être tranquille cinq minutes, sinon, je vous le dis franchement, ça va pas bien aller.

Vous vous rendez compte ? Une histoire avec un chat, un passager, un pompier super musclé, une petite choupinette, et un meurtre, tout ça à notre époque, comico-fantastique, c'est la gloire assurée !

Le chat, je vais l'appeler Filou. Rhaaa ! Voyez. Je peux pas réfléchir, je peux pas tenir une conversation.

jeudi 11 septembre 2008

Coudre pour ne rien dire

Pitoyable le jeu de mot de mon titre, mais que voulez-vous, en ce moment, je suis à fond, à fond, à fond.

J'ai une direction en cours, une autre lecture pour une copine qui se reconnaîtra et qui apprendra avec soulagement que je suis à mi-parcours, ma propre correction qui est un véritable feu d'artifice tant j'ai l'impression que ça se passe trop bien cette correction, plus mes eee-commandes qui m'occupent en partie mes soirées, et le boulot, oui le boulot, qui m'envoie à Munich quelques jours, youpi-tralala.


Ahem.

En tout cas, je fais une nouvelle poch-eee-tte. Elle est trop belle. Va falloir que je me fasse quelque chose pour moi un de ces quatre...


mardi 9 septembre 2008

Pêchons ensemble

De temps en temps, je fais ça. Je sors la tête des lignes et je vagabonde un peu sur la toile. Je regarde, avec envie, les couvertures des romans à paraître, je déchiffre avec avidité les bio des auteurs, je cherche sur les sites éditeurs les annonces qui pourraient me concerner.

Je me fais l'effet d'un monstre avide de reconnaissance, alors que je ne me nourris que d'un peu d'espoir. Je me prépare depuis si longtemps à l'échec que je n'ai pas peur des lettres de refus, et je suis prête à poursuivre l'aventure avec d'autres histoires. Parce que...

Qui perd une bataille ne perd pas la guerre !

Mais quelle excitation quand approche le moment de se lancer ! Je crois que le jour où j'enverrai pour la première fois ASLO à un éditeur, je serais plus fière de moi que quand j'ai eu mon bac !

Peu importe le résultat, du moment qu'on a l'ivresse !

B-eee-sace Red Amy Butler

Hier soir j'ai terminé une commande pour Paddy Moun qui a un très joli blog comme vous le constaterez.

Alors oui, c'est vrai, j'avais dit que je ne prendrais pas de commande, mais vu que je ne croule pas sous les mails, finalement, j'en prends.

Alors comment ça se passe ? Je montre les tissus disponibles, la personne choisit, je lui donne une liste de bouquins dont elle peut aller voir les prix et si elle est OK, je lui réalise le sac (b-eee-sace, poch-eee-tte, eee-toile). Et si le sac est bien conforme aux attentes, on procède à l'échange.

Alors j'ai une très mauvaise nouvelle pour les fans du tissu que j'ai utilisé pour cette b-eee-sace, c'est fini, il n'y en a plus.

Cependant, vous pouvez vous régaler des images de cette b-eee-sace, qui sont dans mon album flick-r:

(Notez: peut-être que Paddy ne la trouvera pas à son goût et n'en voudra pas...)

lundi 8 septembre 2008

A fond !

J'ai trop la patate: j'en suis à 45% de mes corrections. J'avance super vite depuis 15 jours. Faut dire que je suis assez contente de ce que je lis. J'ai pas trop mal travaillé pour un premier jet. C'est assez rassurant de mon point de vue.

Mais j'ai quand même des critiques à faire à mon encontre. Je trouve qu'on ne sent pas assez le XIXeme, et les folles possibilités que ça pourrait amener. Pensez donc ! La modernisation galopait à cette époque ! Il me faut absolument un nouveau bouquin à ce sujet. Un Dickens, en particulier.

Et puis je trouve mon perso principal trop lisse. Trop bien sous tout rapport.
D'un autre côté, j'hésite à toucher à ça avant d'avoir fini cette première revue. Parce que bon, c'est un perso qui prend cher en deuxième partie.

Sinon, j'ai 2 commandes pour des eee. Une poch-eee-tte et une b-eee-sace. Je vais me dépêcher de faire ça cette semaine. :D Je vous montrerai.

Au sujet de la robe pas belle, je laisse tomber. Mais je ne renonce pas. J'ai acheté un magazine avec des patrons. Seigneur Vador ! Qu'est-ce qu'on trouve comme trucs moches ! Avec des tissus propres à vous défenestrer du rez-de-chaussée ! Heureusement que j'ai de l'imagination. Je vous jure qu'il en faut pour voir à travers du lamé doré incrustation fushia le super t-shirt qui vous fera bomber les bonnets devant les popines !

* mode dinde *
Nan mais je sens que je suis trop forte et que je vais réussir à faire un truc trop beau.
* mode dinde off *

J'ai acheté du tissu (oui encore, et non, je ne ferais pas mieux de m'acheter des bouquins, mais que voulez-vous, j'ai la chance de recevoir des supers tapuscrits dans mes boites mails moi ! Des bouquins qui vont péter les high-scores !) et donc, avec mon super tissu, je vais faire des choses inimaginables.

Enfin, si Nereij survit à l'attaque qu'il va faire quand il verra que j'en ai encore acheté, et si moi, je lui survis, du coup.

ps: ma photo du jour... ça fait un peu étron à la betterave au final, non?

vendredi 5 septembre 2008

Petite déception en passant


Je suis un peu déçue. Comprenez, j'ai travaillé sur cette robe assez longtemps, à découvrir les bases, ceci, cela... Tout ça pour m'apercevoir de ce que j'avais ressenti au départ: le tissu ne me plait pas.

Si, je vous jure. J'étais au marché avec Belle-Maman, elle qui d'habitude a un goûit exquis en matière de fringue. Elle a repéré le tissu, m'en a fait une promo d'enfer... Au final, même si je n'étais pas convaincue, je me suis dis: Banco !

Et hier j'ai essayé. Bon, je n'avais pas tout cousu, juste le haut, avec le cache-coeur.
Dedans, j'ai l'air d'une mamie.
Si, je vous assure. (Pas moyen de vous mettre une photo). Si je trouve la motivation de la finir, je ne pourrais pas, décemment, la porter pour fanfaronner devant les copines.

Franchement, c'est moche.

Et j'ai une échelle de comparaison très précise.
Je bave devant ce blog où les filles se cousent leurs tuniques en une heure montre en main...


Ben autant vous dire que c'est pas pour demain, parce que j'ai déballé mes deux autres patrons et c'est genre des puzzles où il faut avoir bac+15 pour comprendre comment ça s'assemble.

M-ouin-ouin-ouin-ouiiiiiiiin.
Donc, c'est pas demain que je vais acheter du tissu sur ce blog pour me faire une tenue haute couture.


ps: l'écriture, à côté de la couture, c'est vraiment de la gnognotte.

jeudi 4 septembre 2008

La chaine du sous-titré

Je me suis faite tagguée par Mattéic. C'est sur les bouquins.

Ca commence comme ça.
1. Attrapez le bouquin le plus proche.

Tomcat par la pratique, ou les Fedeylins du bord du monde?
Ahem.

2. Ouvrir à la page 123
3. Trouver la cinquième phrase et citer les trois suivantes

Reading table information for completion of table and colum names
You can turn off this feature to get a quicker startup with -A

Welcome to MySQL monitor.

4. Dénoncer le taggueur (je vais me gêner!), c'est Mattéic.
5. Trouvez 5 nouvelles cibles.

ps1: oui, vous avez deviné, ce n'est pas Fedeylins du bord du monde que je vous ai lu. Hin hin hin. Pour prendre connaissance de ce chef d'oeuvre, va falloir attendre la correc' CoCyclics et le passage en planning d'édition.
ps2: oui, vous avez eu droit à Tommecatte par la pratique. Comme j'ai eu du caca de chat hier sur le bras, j'ai le droit de vous faire souffrir. (Allez sur haricot primeur pour l'histoire du caca.)

mardi 2 septembre 2008

Pour ma filleule

Donc, ce WE, j'ai fait un grand sac et une trousse pour ma filleule. J'ai un peu revu mes ambitions à la baisse parce que je voulais qu'elle ait ça pour la rentrée, cette semaine.





Plus d'images sur mon album flick-r.

lundi 1 septembre 2008

Rentrée littéraire aux Buttes Chaumont

Si vous êtes dans le coin, je ne saurais que vous conseiller de vous rendre à cette manifestation. En particulier, si vous aimez les genres science fiction, fantasy et fantastique. Ces éditeurs indépendants sortent des sentiers battus. J'ai une bonne partie de la collection novella de Griffe d'encre, j'ai lu cet été Les perles d'Allaya de Mille saisons, et je vous assure, je n'ai pas été déçue.

Alors voilà, je vous passe le message: si vous voulez tâter de l'authentique auteur de l'imaginaire, c'est là qu'il faut vous rendre !!!

vendredi 29 août 2008

Réjouissons-nous !

J'ai eu un bon motif de réjouissance pour cette semaine.

Souvenez-vous, j'ai dirigé une correction CoCyclics l'an dernier sur un roman, Aux Frontières de l'Aube. Eh bien eh bien ! Son courageux auteur qui a trimé sang et eaux pour le peaufiner a vu cette semaine la récompense de ses efforts ! Un éditeur est intéressé ! Ah ah ah !

Ca fait plaisir. Il est si difficile de mener à bien ce genre de projet, et il est si rare d'obtenir la récompense espérée qu'il semble parfois impossible de voir ce rêve se réaliser... Mais Ereneril l'a fait ! YES ! Enfin presque, on sabrera le champagne quand le contrat sera signé.


Souhaitons le même succès au roman de NB, sur lequel je travaille avec Blacky en ce moment... Qui sait, je suis peut-être une directrice porte-bonheur ? (et pourvu que je me porte chance à moi-même :D)

jeudi 28 août 2008

Tension maximale...

Quand je pense que j'ai oublié mes tissus, ma peau de nounours, mon sac de fermetures éclairs, mes rubans, mes noeuds-noeuds, et mes pressions chez Belle-maman ! Je ne m'en remets pas.

Je n'ai pas pu attaquer les cadeaux de ma filleule. J'ai fait un joli doudou (encore un oeil à coudre), et une turbulette (encore 6 pressions à coudre), mais rien de plus.

Ceci mis à part, petite rigolade d'hier soir.

Je lisais un bouquin sur les sociétés secrètes (assez décevant ce bouquin), quand j'ai demandé à mon cher et tendre sur le point de fermer les yeux:
— Tu n'entends pas ce bruit bizarre ?
On aurait dit que quelqu'un se servait d'une scie électrique dans le lointain. Etrange à 23h34.
— Je n'entends rien, qu'il m'a dit, c'est sûrement le disque dur qui défragmente.
J'ai une ouie super sensible, doit-on le rappeler ? Et là, je me replonge dans la lecture.
Mais le bruit se rapproche. Je lève les yeux...

Un moustique au plafond !
Deux énormes araignées sur le qui-vive !

C'est là que j'ai dit:
— Si y'en a une qui le bouffe, elle sauve sa vie.
Je suis le mets préféré des moustiques. Même mes pieds les rendent fous (pas pour les mêmes motifs que d'autres personnes).

N'empêche que Nereij et moi sommes un peu flippés par les araignées. Avant, on ne les aimait pas plus que ça, mais on ne leur aurait rien fait à part les mettre dehors. Tout a changé depuis qu'on en a des ENORMES... et qu'on en tue plusieurs tous les jours (on a cessé de les mettre dehors, on n'en pouvait plus, honte sur nous).

Bref, on avait deux specimens (diamètre supérieur à une main de bébé), plus un moustique. Je suis allée chercher le balai, une tong, et du sopalin. C'est fou comme je me sens plus forte armée d'un balai et d'une tongue. J'ai eu le moustique, Nereij la grosse araignée brune.

On a crié comme des pucelles quand l'araignée qu'il a eue est tombée par terre. L'autre a fui dans le mur. Mais on est restés, on n'est pas allés dormir dans le bureau. Si c'est pas beau la maturité !

lundi 25 août 2008

La la la !

Je ne sais pas si c'est d'avoir aperçu le soleil ce WE, passée une excellente soirée puis d'avoir terminé mon dimanche au-dessus de la cuvette des toilettes, mais ce matin, aujourd'hui, je suis en forme. Il faut savoir évacuer le mal par le mal, on va dire. :D

Déjà, Belle-maman m'a complimentée sur ma ligne et son fils s'est fait remonter les bretelles, (qui pour sa défense a argumenté que j'exagérais ses propos, mais je dirais que l'important n'est pas le mot mais l'effet produit par le mot dans tous les cas — parole d'auteur.)

Ensuite, j'ai offert un doudou à une petite fille qui s'est aussitôt prise de passion pour lui, au point que je n'ai pas eu le temps d'en faire une photo, c'est dire.

Enfin, la cotte de Nereij remonte en flèche après tous les compliments qu'il m'a faits au sujet d'Au Sortir de l'Ombre, dont il lit au fur et à mesure la version corrigée que je re-corrige donc aussitôt. Parce que Nereij est du genre à dire ce qu'il pense vraiment et même si ça ne m'épargne pas toujours, c'est aussi pour ça que je l'aime.

Donc, 27% de corrigé, et un stock de tissus dans mon escarcelle, dont une peau de nounours. Je sais, c'est mal d'écorcher des animaux en peluche, mais il faut bien des trucs rigolos pour faire des doudous rigolos, étant donné que la liste des heureux bénéficiaires est plus longue encore que ce que je pensais.

Je suis super motivée par la couture cette semaine. Je compte:
- finir la super turbulette pour M.
- me faire une nouvelle poch-eee-tte, assortie à sa nouvelle b-eee-sace (faut que je vous montre ça)
- faire des doudous
- faire un ensemble cadeau pour la rentrée en CP de ma filleule: petit sac en bandoulière, trousse à poly-pocket ou mini-animaux, trousse à crayon, petit porte monnaie et sac étoile, avec un mini-doudou, le tout assorti bien sûr.

mercredi 20 août 2008

Complainte sur fond lisboet

(Attention, danger. Complainte égoïste de pas très grosse sur son poids. Lynchage s'abstenir. Merci. )

Je suis amère. Déjà, un moustique m'a piquée sous le pied cette nuit. Non mais, il fait 18°c humide genre on croirait qu'il fait à peine 10°, le vent souffle, c'est la tempête et je me caille, mais Môsieur le moustique n'est pas crevé et il m'a graillé le pied ! C'est pas de l'injustice ça? Si. Puissance 1000. Au moins.

Y'a ça, et le syndrôme "j'ai toujours l'air enceinte". Non mais c'est pas injuste de faire que 61 kg pour 168 cm, et d'être suspectée par tout le monde d'être enceinte ?!!! Je n'ai plus qu'un bourrelet, mais je me tiens toute cambrée. Bref, dès que je bois un thé, j'ai l'air enceinte de 5 mois. Je vous dis pas dès que j'enquille un demi-litre de bière, mon pêché mignon...

Life is a bitch.

Je poursuis. J'ai eu le mauvais goût de m'acheter un petit bolero taille unique parce que j'avais froid (dame nature se ligue de toute part contre moi.) Je l'ai porté hier avec un T-Shirt qui flotte. Je vous le donne dans le mile, jai senti des regards soupçonneux au-dessus de ma ceinture. en plus hier soir, pour se marrer, Nereij a caressé mon ventre d'un air protecteur. Après j'ai fait la tronche (pour rester polie). Blablabla, j'ai eu le droit à sa tirade sur le sport. Il m'a aussi dit que j'avais l'air plus grosse qu'il y a quatre mois. ALORS QUE J'AI PERDU DU POIDS !

Tout ça parce que, selon la wii fit, mosieur est revenu à son IMC idéal... Je lui ferai dire que je suis dans l'IMC idéal. Nan mais. Vite la rentrée de septembre que je prenne le cours de step en plus de celui-ci de gym avec les p'tites vieilles. Parce que là ça m'énerve.

Quand je pense qu'en plus, j'ai perdu du poids ! C'est là, très exactement là que c'est injuste et que nous sommes toutes concernées: on perd du poids, mais nan, ça ne suffit pas, les gens remarquent tout sauf ça. C'est à se goinfrer.

Tout ça me rappelle mon premier jour à Lisbonne. Mon bourrelet était un peu plus vaillant, certes, mais j'avais sorti le guide du routard, les tongs, et la robe de coton pour transpirer sous le soleil.




Bien sûr je rentrais le ventre sur les photos. Trop bien l'arrière de la statue, n'est-ce pas ? Alors ça, c'est la statue, place du commerce. Vous êtes super contents de le savoir. En vrai, Praça da commercio ressemble à ça :



C'est très beau. En plus, les bâtiments à arcades entourent la place, et à gauche, exactement quand on est face à la statue, il y a un endroit super où on peut picoler à l'oeil 6 vins portugais. Oui madame, oui monsieur. Pensez, on s'est précipités.

Après une courte présentation, nous voilà assis à déguster. A jeun. Donc, moi, pompette en moins de deux (Nereij était gai quand même). Un chouette moment jusqu'à mon détour aux toilettes. Parce que, comme j'ai pas été élevée avec les cochons, j'ai voulu me laver les mains. Et là, le drame ! Non, pas un robinet éclabousseur, non non non, un pisse-savon éclabousseur !!!




C'est très ennuyeux à nettoyer le savon quand on ne peut pas enlever sa robe, parce que ça ne cesse de mousser. Il faisait frais dans le bâtiment, donc la robe n'a pas séché avant que je sorte. Vous pensez bien, je ne faisais pas ma fière. Tous les regards s'attardaient sur moi. Sauf qu'un peu plus tard, merci chaleur, on me regardait toujours alors que la robe était sèche.

Humiliée (un peu) mais gaie (pompette), j'ai aussitôt pensé qu'on me matait encore le bourrelet. Et puis j'ai douté (ou dessaoulé). Parce que les portugaises ne sont pas toutes gaulées comme des déesses, d'une part, et parce qu'après tout même si j'avais été enceinte, je ne me serai pas expliquée ces oeillades désapprobatrices de la part des femmes.

Eh bien sachez-le, gentes dames et damoiselles, ne pas porter de sous-tif au Portugal, c'est hautement indécent. On a vu plus tard une jeune fille se faire siffler sans discontinuer dans le métro pour ce motif.

Dingue. Je me suis changée dès notre retour à la pensao.

mardi 19 août 2008

Un super doudou

Pour un super bébé (comme d'hab, photo prise de nuit):



Donc, en gros, je dois faire un doudou pour:
- le bébé de D et M
- le bébé du copain S.
- le bébé de l'autre copain S.
- les 2 bébés nés au boulot
- le bébé de la cousine de Nereij

Faut arrêter de se reproduire les gens. J'arrive pas à suivre, moi.
:D

'Me faut du tissu.

lundi 18 août 2008

C'est la rentrée

Je garde mes soupirs entre mes dents, eh oui eh oui, c'est la rentrée.

Les vacances c'était... des vacances. Inutile de vous faire un dessin. Lisbonne, ah Lisbonne ! Le soleil qui m'a gentiment brûlée ! ^_^ Je vous ai promis, je vous mettrai des photos. J'ai juste pas présentement sous la main le matos adéquat pour vous en mettre.

Question écriture, je n'ai pas fait grand chose. Déjà, je suis partie en vacances sans mon eee, parce que j'ai en quelque sorte fait voeu de chast-eee-té pour la quinzaine, histoire d'être en vacances sur tous les fronts. Mais j'ai quand même remanié un * gros * soucis par un après-midi pluvieux en saisissant un opportun moment de solitude... :D

J'ai aussi fait un peu de couture. J'ai enfin achevé un doudou qui attendait depuis le mois de juillet, et j'ai réalisé 2 tabliers de bébé, non sans mal je l'avoue. Je vais arrêter de faire des sacs pour les eee, sauf sur demande expresse. Je ne me suis pas débarassée du dernier, donc voilà. Si quelqu'un veut un eee-toile ou une poch-eee-tte, qu'il m'en fasse part par e-mail. Cette semaine, je compte réaliser un autre doudou et une turbulette grunge promise à So. Ce sera déjà pas mal. :D

Tout de même, la reprise est dure.