mardi 9 septembre 2008

Pêchons ensemble

De temps en temps, je fais ça. Je sors la tête des lignes et je vagabonde un peu sur la toile. Je regarde, avec envie, les couvertures des romans à paraître, je déchiffre avec avidité les bio des auteurs, je cherche sur les sites éditeurs les annonces qui pourraient me concerner.

Je me fais l'effet d'un monstre avide de reconnaissance, alors que je ne me nourris que d'un peu d'espoir. Je me prépare depuis si longtemps à l'échec que je n'ai pas peur des lettres de refus, et je suis prête à poursuivre l'aventure avec d'autres histoires. Parce que...

Qui perd une bataille ne perd pas la guerre !

Mais quelle excitation quand approche le moment de se lancer ! Je crois que le jour où j'enverrai pour la première fois ASLO à un éditeur, je serais plus fière de moi que quand j'ai eu mon bac !

Peu importe le résultat, du moment qu'on a l'ivresse !

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Tiens, je ne me suis jamais posée la question : as-tu déjà envoyé un texte à un éditeur ? En te lisant, j'ai l'impression que tu n'as pas encore tenté ta chance. Si ? Il me semblait avoir lu, je ne sais plus où, que tu avais essayé une fois et que tu avais reçu un mot d'encouragement. Je dois être fatiguée, ce devait être quelqu'un d'autre.

Courage et patience !

Gyl.

Syven a dit…

Si-si, j'ai déjà tenté ma chance avec mon premier manuscrit. Mais j'étais jeune à l'époque.
:D

Mel a dit…

et je crois que tu auras bien raison d'être fière

j'admire ta ténacité, je n'arrive pas à me discipliner, ils sont bien loin les jours ou j'écrivais tous les soirs sans exception

bravo et je suis que ça va marcher