jeudi 31 décembre 2009

Voeux 2010

Bon réveillon à toutes et tous !
Je vous souhaite beaucoup de bonheur à vous et vos proches, la réussite de vos projets, et donc, une année sereine.


On se retrouve en 2010 pour les objectifs annuels, évidemment !

samedi 26 décembre 2009

Bilan 2009

Ah les bonnes vieilles résolutions 2009 !!! Voyons ce que ça donne.

1. La priorité 2009, c'est relancer CoCyclics. On travaille à une nouvelle mouture et j'aimerais la mettre sur orbite aussi vite que possible. Il nous faut rouvrir la soumission de romans.
Fait, archi-fait. Non seulement notre nouveau cycle est lancé, mais on a enchainé les opérations de communication. On a plein de places pour plein de romans. On a de nouveaux romans en travail, c'est un succès.

2. La seconde reste ASLO. Je voudrais achever la nouvelle passe de correction, et si possible, le proposer dans l'année aux maisons d'édition. (Je reste optimiste.)
Mouahahahah ! Au Sortir de l'Ombre dans les bacs du Riez en 2011 ! C'est le grand évènement de l'année, quand même !
3. Je n'ouvrirai pas de troisième blog. Non, non, non. Ni de site web, ni de forum.
Tintamare.blogspot.com.
Oui, je suis une vilaine geek.

4. Je vais poursuivre et achever mon travail sur le roman de NB. (C'est en bonne voie.)
Fait.

5. Je vais me remettre à mon gros projet. J'en ai envie, j'ai juste peur de me planter. Il faut bien que je m'occupe de toute façon.

Finalement, j'ai opté pour les Siwès Chronicles.

6. Lire plus. J'ai le cerveau qui se dessèche. Et il faudrait ne pas lire que de la littérature de l'imaginaire, pour changer.
J'ai lu des polars et des thrillers. Et pas mal de bouquins.

* couture *

7. Apprendre à faire les boutonnières.
Raté.

8. M'améliorer en finitions.
Moui.
9. Mettre un tuto de sac pour eee ou umpc sur ce blog.
La vache, ça fait un an que je promets ce tuto????
Laissez tomber. Il est trop bas sur ma liste.

* en général *
10. 2009 sera l'année du glamour. Je veux du joli pour changer du terne tableau qu'offre parfois ce monde. Alors je vais faire des efforts de présentation, même ici en fignolant les photos. Et puis je mets des robes maintenant, je suis une devenue une femme ! Donc glamour. :D
Je suis nettement plus glamour qu'en 2008, mon mari confirme.

:D


Bilan très positif.

jeudi 24 décembre 2009

En cette fin d'année...

Je vous souhaite d'excellentes fêtes !

Comme CoCyclics !
http://tintamare.blogspot.com/2009/12/joyeuses-fetes.html


J'espère que vous avez été sages... Oh oh oh!

mercredi 23 décembre 2009

La première scène - Avec un peu de technique dedans

Je suis sur la première page des Siwès Chronicles depuis 2 jours.
J'avais oublié combien étaient pénibles certaines relectures.

Vous savez combien compte LA première scène.
Pour ce roman, on y découvre Siwès et Tadjal, pour leur premier contact.
[Lavandier bible: les protagonistes]

En plus de les définir, cette scène doit harponner le lecteur.

[Je ne fais pas partie de ces auteurs qui font confiance à leur style et à leur lecteur pour se trouver des atomes crochus. A mon sens, la première scène, ou le premier chapitre, définit un contrat moral qu'on passe avec le lecteur. C'est comme donner le "la" avant de chanter. Dans cette scène vous donnez les clés de votre récit. Enquête, aventure, autobiographie, fantastique ou pas, ces premières pages définissent en substance le style de lecture auquel le lecteur va être confronté.

C'est une caractérisation du récit, ni plus ni moins.

Dans Au Sortir de l'Ombre, je ne mens pas au lecteur. Je lui donne dès les premières pages l'aperçu de ce monstre qu'est le gothan : il le voit à l'oeuvre, c'est l'un des éléments moteurs de l'intrigue. Il ne sera pas déçu plus tard. :-)

Dans les Siwès Chronicles, le duo Siwès-Tadjal constitue le protagoniste principal, et ils vivent une merveilleuse aventure, pleine de péripéties. C'est par eux et leur rencontre qu'il convient de commencer. Leur vie est bouleversée par cette première scène.]


Ma première idée ne convient plus, mais il fallait bien partir de quelque part. Aujourd'hui, il vaut mieux reconstruire, d'autant que je souhaite insufler de la magie dans cette rencontre. Alors la raison et la magie fonctionneront-elles ensemble? J'y compte bien.

Je réécrirai cette scène dix fois s'il le faut, mais je la trouverai.


[Donc ce que vous lisez entre les lignes, c'est que je m'arrache les cheveux à la recherche d'une perfection toute subjective, et que contrairement à ce que je laisse entendre, je ne suis pas zen et détendue. Mais, bien sûr, j'adore ça !]

lundi 21 décembre 2009

Une revue s'impose !

Je lis la dramaturgie de Yves Lavandier. (Comment ai-je pu écrire un roman avant d'avoir lu ce merveilleux ouvrage?) Cela m'ouvre de nouvelles perspectives pour les Siwès Chronicles. Son analyse des enjeux et des objectifs est très pertinente. Là où il est très fort, c'est que ses références sont variées et multiples (tout ce qui manque aux Aventures de Robert en fait). Par l'exemple, la portée de son propos prend toute son importance.

J'avais du mal avec le personnage de Baxian (depuis le début), et aussi avec les prises de risque de Siwès (parce que dans ce roman, elle va très loin, tout de même). Cette saine lecture m'a ouvert les yeux sur l'origine du problème, et il y a fort à parier que pour y remédier, je vais lancer dans une revue des 300 000 premiers signes. Oh oui, je pourrais voir cela plus tard... Mais construire sur des fondations bancales, ça garantit tout sauf un édifice solide.

Cela en vaut le coup, surtout que nous allons rendre à Tadjal son "espace".

Photo © Roger GLAPIAK

vendredi 18 décembre 2009

Sur les rotules

Je suis bien contente que les vacances arrivent. La fatigue me gagne, de toute façon, le baromètre des signes espaces comprises est un indicateur d'humeur, et comme il n'a guère progressé ces derniers temps, j'avoue avoir honteusement fait la loque sur mon canapé ces derniers temps.

Mais cessons-là les grogneries, ce soir, je suis ravie : le père Noël est passé en avance !

J'ai mon secrétaire !!! J'en ai immédiatement pris possession : carnets, stylo, souvenirs, cartes, marque-pages, clés USB, chargeur de PC, tout y est. J'ai un petit problème de multiprise, mais je me sens soulagée. Enfin mes petites affaires sont rassemblées.

Cerise sur le gâteau, il ferme à clef (très important pour prévenir les invasions du Haricot qui le trouve à son goût). J'aime son petit côté ancien avec ses petits tiroirs.

J'ai pris des photos, mais impossible de remettre la main sur le câble de l'appareil photo. Le lecteur de carte ayant démissionné, vous n'êtes pas prêts de les voir. C'est moche, j'étais super motivée pour les mettre en ligne.

Je bâille. J'ai une couverture de bébé à finir, je n'écrirai pas encore ce soir, mais début de semaine prochaine, je suis seule à la maison, et cela veut dire...

Siwès Chronicles !!!

J'ai passé les 300 000 SECs quand même. L'objectif prévu à l'origine ! Bon. Mais je me rends compte que ce n'est pas une marrante Siwès, et j'aimerais bien qu'elle soit moins obsédée par l'éradication systématique* de l'ennemi (quelle que soit sa taille).

La vache, il est 22h30 !
Je vous laisse vraiment.
Bon WE à toutes et tous.

* Je grossis le trait, évidemment.

jeudi 10 décembre 2009

dans la famille Syven, je voudrais...

Au Sortir de l'Ombre

Je n'ai toujours pas ma bio. Je dois faire une photo.
Bon sang, il faut que je m'active.

Je regarde les facebooks des auteurs publiés.
Ce qui est curieux, c'est que je ne me projette pas. Cela parait impossible. Pourquoi? Mystère.

En tout cas, mon chef à San Francisco l'a annoncé avec fierté en réunion pleinière internationale. Je suis devenue toute rouge au bout du fil. :-D


Siwès

Les Siwès Chronicles patinent ? Oui et non.

Oui, parce qu'en gros je n'ai quasi rien écrit depuis la semaine dernière (pas très prolifique non plus celle-là). Non, parce que j'ai enfin un conseiller militaire dans le coup (mon cher et tendre mari). Et puis je réfléchis beaucoup aux scènes d'action qui se préparent, parce que même si j'ai bouclé la première embuscade, les suivantes seront plus délicates.

Il faut que je fasse des dessins d'Ispare, des remparts, des murailles. Que je précise les dragons, question de mensuration. Pour moi, c'est très clair, n'est-ce pas, j'ai l'image version BD dans le crâne. Je dois aussi dessiner une carte, m'occuper du climat, de la topologie...

Pas ce que je préfère, mais ça fait partie du jeu, et cela compte dans le résultat final.

Marre de camper

Chez moi, je n'ai pas de bureau. Enfin si, j'en ai un, je le partage avec mon cher et tendre. Mais dans les faits, il l'occupe tout le temps. Du coup, je me balade avec mes affaires que j'étale et c'est fatiguant. Donc, j'ai demandé un secrétaire pour Noël.

Je rêve de ça:
Modèle antique

Je pense que je vais plutôt avoir ça:
Modèle...
Il faut savoir se montrer exigeant à la hauteur de ses moyens, pas vrai?

La couture

A fond. Je réfléchis, je couds. Ca tombe bien, j'ai des cadeaux de naissance à terminer:
Victoria: c'est fait
Mina: ça vient

Pour moi, j'ai prévu une X (http://japancouture.canalblog.com/tag/064-X) et la copie de la robe que j'ai offerte à So pour son anniversaire.
Rien que ça!

Je sais. Le tuto, oublié.
Peut-être, ou pas.
Je déteste manquer à mes obligations. Espérons que pendant les vacances, je pourrais. Mais c'est tout en bas de ma liste. J'ai déjà pas mal la pression.

Ah, les photos? Oui, il va falloir que je fasse un slideshow de mes réalisations depuis cet été.
Pendant les vacances.

Hin hin hin !!!

Noël
Je prépare mes cadeaux, comme tout le monde. J'aime bien ça :D

lundi 7 décembre 2009

Des fiches de lecture chez CoCyclics

Un petit mot sur la news CoCyclics de la semaine dernière:
http://tintamare.blogspot.com/2009/12/dissections-batraciennes-la-section-se.html

Les permanents de CoCyclics se sont un peu creusés le ciboulot pour en arriver là. La fameuse thématique du "Comment aider les auteurs francophones" est chère à notre coeur.

Nous avons un petit blog, que nous utilisons pour donner des news, c'était une première piste.
Et les fiches de lecture en était une autre. Nous les avons corrélés avec notre forum, qui est notre noyau dur, notre arme de guerre, notre vivier d'information et d'action: notre plus formidable outil.

Mais il faut être réaliste: des critiques sur le web on en trouve à la pelle. Actusf, la lune mauve, Fantastinet, le cafard cosmique, et j'en passe. De longues et belles critiques détaillées, du bon et du mauvais, de tout en clair.

Notre réflexion a été la suivante: nous n'avons pas envie de tout chroniquer et nous voulons donner une place au ressenti subjectif. Nous avons décidé de montrer ce que les lecteurs de CoCyclics aiment, de leur offrir un espace de discussion, et donc de plébisciter des lectures (à hauteur de 20 personnes qui votent pour le livre en question.) Quant aux fiches, nous nous démarquerons aussi. Pas de long compte-rendu à lire, pas d'exposé détaillé, juste des points qui, espérons-nous, aideront le lecteur potentiel à se décider.

Nous verrons si cela fonctionnera. Si oui, nous changerons peut-être d'outil.

Je vous invite sur le forum de CoCyclics pour juger:
http://cocyclics.org/phpBB3/viewtopic.php?f=39&t=203279&start=0

Et inscrivez-vous pour participer si vous le souhaitez. ;-)


De mon côté, j'ai posté une fiche sur la Loi du Désert (Franck Ferric aux Editions du Riez), le meilleur bouquin que j'ai lu depuis le mois de juin (et j'en ai lu depuis The Graveyard Book de Neil Gaiman cet été):
http://cocyclics.org/phpBB3/viewtopic.php?f=39&t=203416

ps: je vais peut-être avoir des travaux à faire sur le blog, j'en ai conscience ! ^^

mercredi 2 décembre 2009

Le chat et l'écheveau

J'ai envie de me lever de ma chaise, de prendre ma voiture, et d'installer mon auguste personne dans une librairie. Et de réfléchir. Pourquoi là? Aucune idée. La symbolique peut-être.

J'ai un écheveau dans ma tête, je le trie, je vérifie qu'il n'est pas emmêlé.
J'ai beau le regarder sous tous les angles, je ne vois rien qui pose problème.
Ca me tracasse.

Reculer pour mieux sauter?
Sûrement.
Sûrement...

mardi 1 décembre 2009

Frustration, un jour d'écriture ordinaire


Ca chauffe dans le cerveau. Peut-être à cause des microbes qui s'obstinent à m'obstruer les sinus.
Ca bouche, donc ça chauffe.

J'ai beaucoup écrit ces derniers jours.
Miraculeux comme dormir une semaine m'a boosté l'inspration (en fait, c'est sûrement de l'accumulation qui a besoin de sortir).

Mais je patine dans la semoule (ou plutôt, dans le stress.)
Mon roman ne tient qu'à un fil.
Je vous explique.

Siwès a mis sur pied tout un plan, fort ambitieux, mais je ne suis pas un vrai général de guerre moi, et même si ça me semble possible (surtout quand on pense aux mammouths et aux hommes des cavernes), voire, capable de passer comme une lettre à la poste.

Ou pas.

Alors, j'ai posté mes doutes sur le forum de CoCy, rubrique challenge, mais je viens de supprimer, parce qu'aucune réponse ne me satisfera.

Imaginez que tout le monde me dise que c'est pas possible.
Ben. Je jette mon roman à la poubelle?

Imaginez que tout le monde applaudisse Dark Evil Me.
Je ne serais pas rassurée pour autant.

Bravo. Génial. J'adore l'écriture. C'est un hobby très rassurant, bourré de récompenses quotidiennes.

Moralité, j'ai viré mes explications du forum. Ca passe mieux dans le texte original de toute façon. Je vais attendre d'avoir fini pour le jeter à la poubelle.

ps: Si je râle, c'est que je suis guérie.

vendredi 27 novembre 2009

Congés maladie


Je viens de passer la semaine au lit.
La grippe, mais laquelle ? Mystère.

Vivement que je retrouve la forme.
Bien à vous,
Syven

lundi 23 novembre 2009

La convention CoCyclics

Mais pourquoi, pourquoi, pourquoi la téléportation n'existe-t-elle pas ??? Combien de temps va-t-il falloir à nos satanés scientifiques pour accoucher de cette invention? Il faut penser à la planète, à l'écologie, et au temps limité dont nous disposons tous sur cette terre, et au prix nobel aussi tiens pour les motiver !
Sinon, je ne vois que le fouet, le fouet c'est bien !

Bon, que dire de cette convention? C'était formidable. (Un auteur aussi éloquent et descriptif, ça vous en bouche un coin.)

On a mangé, ri, bu, discuté, joué, chanté.

J'ai vécu l'enfer pour me rendre là-bas, parce que même si Super Grenouille m'avait envoyé des super billets de train, elle n'avait pas prévu que les TER seraient en grève, que les TGV seraient cassés, puis surchargés et que mes correspondances se feraient la malle sous mes yeux transpirants (admirez la double métaphore darling plaçable seulement sur un blog, n'est-ce pas.) J'ai mis dix heures à traverser la France. Dix heures seules sans parler à personne ! J'étais tellement contente de retrouver Garulfo, Arnldus, Lau et Celia que je les ai saoulés avec mes mésaventures improbables (des histories de grilles à bagage imprimées sur mes fesses).

L'accueil a été merveilleux sur place, ce sont devenus des amis chers à mon coeur tous ces gens-là, ils sont si généreux et si ouverts d'esprit, et si intéressants ! Notre groupe s'élargit avec le temps, et j'ai aussi fait des rencontres formidables : Alaric, un adorable garçon bouillonnant, Daerel plus calme et posé, et aussi Misandre ! Ma chère Misandre !!!!

Depuis le temps, on a enfin pu se croiser ! Et j'ai découvert que c'est elle qui a corrigé ma toute première nouvelle publiée, que c'est elle qui ma initié au surlignage automatique, et fait incroyable, joyeuseté du destin, c'est elle qui corrigera Au Sortir de l'Ombre avant son envoi aux presses !

J'ai profité de l'occasion pour discuter de vive voix avec Arnadus et Delatas, l'auteur du Parfum de la violette. C'était vraiment chouette de partager nos visions de son texte et aussi d'en apprendre tant à son sujet. On voulait attendre le samedi histoire d'être cohérent, et puis en fait dès le vendredi on a sauté sur le pauvre Delatas avec l'espoir de ne pas trop l'effaroucher. Ca s'est bien passé, mission accomplie.

Sinon, qu'ai-je fait de mon WE? J'ai essayé de discuter avec tout le monde. Je crois que j'ai réussi, même si j'ai eu moins de temps avec certain(e)s que d'autres. J'ai profité de l'effroi que je suscitais pour mettre la pression à divers auteurs (dont le président du comité des mémés en colère), j'ai promis les Siwès Chronicles de façon officielle au cycle CoCyclics, Blacky en a fait de même pour les Outrepasseurs, bref, un grand rappel des troupes pour qu'ils profitent bien du formidable outil qu'est CoCyclics.

Nous avons parlé avenir, j'ai fait un splendide discours.
C'était intense.

Le départ a été dur. J'ai horreur des au revoir.

Quelques moments très drôles:

  • Garulfo hurlant après un certain roman
  • Pandora, le loup de toutes les parties, qui ne savait pas mentir :D
  • Les chansons de Pingu à l'unisson
  • Le rire inimitable de Blackwatch
  • Arnaldus, l'oeil pétillant, faisant claquer le fouet
  • Emmanuelle Maïa en pleine lecture
  • NB et Pingu faisant des claquettes à deux heures du mat'.
  • Cadichon bavant sur Delatas qui lui donnait des poires.
  • Les séances de photos de groupe
  • La raclette qui enfumait toute la cuisine
  • Delatas servant Misandre
  • Tristeplume cherchant à m'échapper
  • L'attaque de la soupe.
  • La course avec Daerel pour mon train


J'arrête là, j'ai plein de souvenirs qui se bousculent dans ma tête, mais je ne puis tout inscrire sur cette page électronique.

* Misandre est en réalité un auteur confirmé avec une super belle plume, en plus d'être une correctrice pro avec un oeil hors pair.

mardi 17 novembre 2009

Bientôt la moitié



Quand on est à 3000 SEC* de la moitié de son roman selon estimation, à quoi pense-t-on?

A son week-end, pardi!

La convention CoCyclics, c'est ce week-end ! J'ai hâte de monter dans le train vendredi.

Au programme :

  • manger
  • rire
  • lire
  • jouer
  • discuter (des tourments de l'édition, de l'écriture, et de la bêta-lecture bien sûr !)


* SEC: Signes Espaces Comprises. Unité de mesure de texte pour les mécréants qui ont peur de compter en mots.

vendredi 13 novembre 2009

Sous cape qui gronde

Je ne sais pas si c'est la tempête qui m'influence, ou si ce sont les courbatures de ma séance de sport d'hier, ou lemacDho que j'ai avalé par la force des choses ce midi, mais je suis d'humour humeur oursonne.

J'ai senti la bête grommeler et se retourner dans ma carcasse, chercher une position, et... ne pas la trouver. C'est alors qu'elle s'est réveillée. La fatigue, le temps de chien, tout ça, ça lui fait un terreau propice à l'expression. La seule bonne chose à envisager, c'est allumer le feu dans le poele, se pelotonner dans le canap' sous son plaid, et écrire. Ou lire, si c'est trop fatiguant.

Brest(29200)

Temps & Températures Vent Rafales
Aujourd'hui
Soirée 14°C 65 km/h 110 km/h
Nuit 12°C 45 km/h 100 km/h

Samedi 11°C / 13°C 65 km/h 100 km/h
Dimanche 11°C / 14°C 30 km/h -

jeudi 12 novembre 2009

Vite !

C'est terrible, c'est affreux.

J'ai très peu avancé les Siwès Chronicles.
Je n'ai pas mis au propre mon histoire pour enfant.
Je retarde la phase 1 de Delatas (le roman que je bêta-lis en ce moment pour CoCyclics.)
Je suis à la bourre sur la carte de visite que & le logo que j'ai promis pour CoCyclics.
Il faut que je remette à plat la page partenaire du site web.
Je n'ai pas le temps de m'occuper du forum.

Mais j'ai finalisé le design de mon blog.
Oups. J'entends claquer le fouet de Blacky.

Je file.

mercredi 11 novembre 2009

Réflexion en passant

C'est le genre de soirée mal partie. Pour écrire, j'entends. Figurez-vous qu'écrire ça se prépare. Mais aujourd'hui, au lieu de préparer, j'ai attendu.
J'ai attendu.

C'est extrêmement pervers comme situation.

Tout ça parce qu'en tant que mère, j'ai des scrupules. Par exemple, cet après-midi, Haricot était supposé faire la sieste, et je guettais le silence pour "attaquer". Cependant, malgré mes efforts pour l'épuiser (marche forcée), il n'a pas dormi.

Alors mon cher et tendre époux, la lumière, que dis-je, la flamme de mon existence, m'a dit: "Mon amour, il fallait le laisser poursuivre ses activités bruyantes seul dans la sécurité de sa chambre, mettre ton casque et écrire. De deux à quatre, il se repose, toi, tu souffles."

De fait, l'idée m'a effleurée, mais non, je n'ai pu m'y résoudre. J'ai retrouvé mon fils, il s'en est suivi des épisodes épiques, bien sûr, et je n'ai pas écrit. Ce soir, j'ai quand même une belle soirée devant moi, l'estomac plein de raclette, le verre de vin à portée de main, le feu dans le poële...

J'ai attendu ce moment toute la journée, mais j'ai été si occupée que je n'ai pensé ni à mes personnages, ni à rien du tout. Quand je travaille (pour subvenir aux besoins de ma famille), j'ai les trajets en voiture, des pauses bienfaitrices grâce auxquelles j'ai du temps pour penser, réfléchir à mes textes. C'est salutaire parce que quand je déplie le pc, je suis prête.

Ceci dit, ce n'est pas si mal. Ca me confirme que je suis ancrée dans le présent, que je vis chaque instant pleinement.

ps: Smoke a besoin de passer sous la douche. Je suis maudite...

mardi 10 novembre 2009

En trois

Qu'est-ce que je pourrais bien vous raconter? Les sujets sont trop nombreux pour être abordés.

Un point par point ? Allons-y !

Siwès Chronicles

Je tiens mon plan de bataille. On est le 10 novembre, et je ne suis pas très loin des 250 000 signes espaces comprises, je devrais atteindre les 275 000 sans problème d'ici la fin du mois. Hier soir, j'ai fait +4000 alors que je n'étais pas hyper motivée. Donc tranquille. Je me la joue genre "je n'ai pas la pression", mais en réalité si. L'écriture est ainsi faite. Chaque nouveau texte est un nouveau défi : il remet tout en question.

En ce moment, je sens que je pourrais faire mieux en terme de forme. Boah, mes yeux saigneront à la relecture. Mais au moins, au moins, la structure est à peu près bonne (on y croit).

Je teste une nouvelle technique, je me mets plein de repères visuels pour repasser le polish plus tard. Si le texte est en gras, c'est qu'il est mal boutiqué. Je me laisse aussi des questions. Quand j'aurai du recul une fois le premiet jet terminé, je remettrai tout à plat dans la sérénité. Déjà, je suis capable de voir les manques au cours de l'écriture. Si ce n'est pas de l'upgrade d'écrivain, ça !

Un jour, je serai Ultimate Syven.

Contrat signé

La semaine dernière, j'ai renvoyé mon contrat signé aux éditions du Riez. J'ai signé, la la la !
Maintenant, il faut que j'écrive une bio et que je renvoie une photo.
Hum. Je fais moins la fière, tout de suite. Ca méritera un article sur tout le bien et le mal que je pense des bios.

Il faut aussi que je planifie la mise en route d'un véritable site web, consacré à mon auguste personne.
http://syven-mondes.org
Je vous en reparlerai. J'ai ma petite idée là-dessus.

CoCyclics

Ah CoCyclics... Si j'avais eu idée, ne serait-ce qu'un seul instant, du merveilleux de cette entreprise quand je l'ai lancée, je me serais taxée de vilaine utopiste.

CoCyclics me "kidnappe" pour sa toute première convention, le WE du 20 au 22. (Pour cette première édition, cet évènement reste privé et réservé aux bêta-lecteurs de CoCyclics, plus quelques invités.)

CoCyclics va toujours plus loin dans le but d'aider ses auteurs.
La semaine dernière, nous avons annoncé un partenariat avec Mnémos.
On aura bientôt d'autres informations sur nos actions en cours. Ca turbine sévère dans les eaux sombres.
Notre équipe de permanents est absolument formidable.

mercredi 4 novembre 2009

Battle Plan des Siwès Chronicles

Quand le pessimisme vous ronge, quand les soucis vous reviennent à l'esprit malgré votre détermination à les ignorer, quand vous avez l'impression que plus rien ne va, une seule solution: le battle plan.

Oui. La focalisation, ça a du bon.

Siwès Chronicles.
221 000 SEC.
Bientôt à la moitié.

Objectif Novembre: 275 000 SECs
Objectif Décembre: 325 000 SECs
Objectif Janvier: 400 000 SECs
Objectif Fevrier: 450 000 SECs
Objectif Mars: 500 000 SECs

Je ne tiendrai pas le challenge 2009 de CoCyclics (finir mon premier jet). C'est déjà un exploit que j'ai écrit la moitié du roman en 4 mois (je ne compte pas octobre, trop surbookée).

Honnêtement, avec le boulot que j'ai, c'est impossible que je sois assez en forme pour pondre autant en anglais et en français chaque jour. A moins qu'à en faire plus, j'en fasse plus, dans le "Garulfo's style".

En sus:
Relecture des Aventures de Robert
Exploration de la doc fournie par mon beau-père.
Continuer à étudier l'art de la guerre et Machiavel, le prince.

Voilà, ça c'est dit. On prend acte et on prie le côté obscur de la force.
Le véritable objectif derrière tout ça, c'est d'avoir un tome 1 relu, corrigé, chez les éditeurs pour fin 2010. Et pourquoi pas, dans les bacs en 2012.

D'autre part, un tel plan me laisse l'année peinarde pour boucler les revues d'Au Sortir de l'Ombre avec mon éditeur.

(Message subliminal: lisez la Loi du Désert de Franck Ferric, c'est bien. Bientôt, je vous ponds une fiche de lecture.)

mardi 3 novembre 2009

Compte-rendu des Utopiales

Ne mâchons pas nos mots. Cette nouvelle session des Utopiales a été un grand, un formidable moment. CoCyclics était présent en force, et j'ai un peu de peine à me rappeler l'ordre des choses à mon arrivée, le vendredi. De toute façon, je ne vais pas vous relater chronologiquement tout ce qui s'est passé. Impossible.

Ce qui est génial, c'est de retrouver ses amis et de découvrir autant de formidables personnes. J'ai été une fois de plus époustouflée par la qualité des rencontres de tous ces auteurs (et de leurs conjoints !) Evidemment, il est toujours intéressant d'échanger lors de discussions électroniques, n'est-ce pas, mais mettre un visage, un sourire, une voix sur une écriture, c'est autre chose. C'est essentiel, même.

La grande star de cette rencontre, au final, je crois bien que c'était Jean-Claude Dunyach ! Quelle chaleur humaine ! Quelle expérience ! Il nous a présentés aux bonnes personnes, il nous a chaudement félicités pour la qualité de CoCyclics, c'était absolument adorable de sa part.

Grâce à lui, j'ai eu le plaisir de discuter avec Adrianna Larusso, par exemple, et puis, dans le cadre de démarches pour CoCyclics, j'ai rencontré quelques éditeurs (on a formé des équipes, on vous en reparlera bientôt sur Tintamare). Les pauvres sont extrêmement sollicités, mais ils ont été fort sympathiques.

J'ai aussi eu le plaisir de rencontrer quelques bloggueuses que je suis depuis un moment: Tsumirë, Celia et Samantha. Mon côté despote s'est exprimé avec Tsumirë et Celia (pas qu'avec elles, hélas, les pauvres gens que je fais souffrir...), j'espère que je ne leur ai pas trop mis la pression. Elles sont charmantes, drôles, intelligentes. Ouais. Au moins.

Je n'en dirais pas moins de Samantha Baily, occupée à tenir le stand de Mille Saisons, avec laquelle j'aurais souhaité plus de temps, (j'espère qu'elle a bien vendu) mais elle m'a un peu initiée à ce qui m'attend dans le futur. Iiiiiiik ! (<- Cri de l'auteur inexpérimenté !) Et puis que dire de la visite surprise de Bénédicte, accompagnée de la délicieuse Macalys ! Pas eu assez de temps avec elles deux, hélas ! Toutefois, on a fait péter le nénuphou et le champagne (j'en ai mis partout), à savoir qu'on n'a même pas tout bu et que c'est Sire Cédric qui a fini la bouteille. (uh uh) Je ne vais pas citer tout le monde, mais les fous-rires, les parties de Loup Garou, les discussions sur l'écriture, la bêta-lecture, c'était un rendez-vous extrêmement riche sur tous les plans. Pour conclure, retrouver Silène, Blackwatch, Garulfo, Arnaldus, Roanne, Pingu, Beorn, mes chers camarades d'écriture, c'était un grand moment de bonheur. Ils me manquent déjà.
  • Un grand merci à Silène pour nous avoir hébergés
  • Un grand merci à Mappy pour avoir conduit Garulfo et moi dans le bon patelin mais pas du tout à notre destination
  • Un grand merci à la serveuse de la crêperie pour son accueil.
  • Un grand merci aux organisateurs des Utopiales pour ce rendez-vous unique (j'ai quand même pu profiter un peu des conférences cette année!)
  • Un grand merci aux permanents qui ont organisé la rencontre et pris en charge nos efforts de communication


D'autres témoignages:
Fraizochocolat
Bénédicte

jeudi 29 octobre 2009

Pour me repérer aux utopiales

J'aurai un blouson en cuir blanc (jean, boots noires)
Des boucles d'oreilles rouges.
Un collier bizarre qui de loin donne l'impression que c'est une breloque de morceaux d'os.

Et je m'approcherai régulièrement des bars.
:D

Les utopiales, c'est demain !

Pas de message depuis la semaine dernière !!! Dark side of the force !

J'ai failli vous écrire trois articles. Je ne sais plus sur quoi, je les ai commencés et j'ai été interrompue.

Mes belles résolutions de pause déjeuner écriture ont fait un flop.
J'ai quand même réussi à aligner 5 000 signes de plus lundi soir pour les Siwès Chronicles.
Il faut que je reprenne le rythme. Je suis en train d'accumuler le retard pour le challenge (je suis supposée finir pour Décembre.)

Demain, je vais aux Utopiales, j'ai hâte, j'ai hâte, j'ai hâte !!!

J'ai besoin d'être de bonne humeur.

Je vis un mois de merde, matériellement parlant. Life is a bitch.
On peut jamais tout avoir : la gloire et le succès (je suis Madame Syven maintenant avec mon roman en tête des scores sur Sci-Fi - et oui, toujours), la santé (je n'ai même pas mal à mon oeil), et le reste.

Vous y croyez vous aux voitures qui décident de toutes clignoter des voyants le même jour ? Un peu comme les groupes de femmes qui ont leurs menstruations qui se synchronisent ? Ce n'est pas de la science-fiction (ni noël - muf muf muf, désolée).

Pourtant j'ai été sage. Je ne me suis presque pas vantée partout d'être bientôt la nouvelle Catherine Dufour, en février 2011. (Ca me met du baume au coeur, à défaut d'en mettre sur la plaie ouverte de mon compte bancaire - le twilight du mois, c'est bel et bien Fheu Vhert, et pas Edouard ou Jean-Louis – non, je ne sais pas comment il s'appelle).

Bah, en comparaison de se faire jeter de l'embarquement à Charles De Gaule, c'est peu de chose.



ps: Je trouve que je suis en forme sur cet article ! Quel art de la comparaison ! Une petite brassée de fleur ? Vous en voulez ? ^_^

ps2: on est d'accord que je râle un coup, mais que je sais que par rapport aux pays en guerre, aux SDF et autres, je suis vernie.

ps3: ASLO est toujours en tête du classement de Sci-Fi Universe, c'est quand même ça le principal, non ? (Mouahahahahah !)

mercredi 21 octobre 2009

Facebook pour Au Sortir de l'Ombre

Quand même, c'est important, il y a un groupe Facebook pour Au Sortir de l'Ombre.
http://www.facebook.com/group.php?gid=184166250850&ref=share
Je suis une geek moi, hein, il faut le reconnaître, alors un facebook, c'est le début de la gloire!

mardi 20 octobre 2009

Petits états d'âme des mauvais lendemains

Disons que je ne suis pas spécialement en forme (le fait que je n'ai pas pu embarquer pour San Francisco n'y est pas étranger), et que du coup, ma motivation pour écrire est en berne. Même blogguer requiert un effort surhumain. Pour être honnête, c'est la motivation pour tout qui en a pris un coup. Je n'ai même pas fait de couture hier soir, je me suis avachie devant Greys Anatomy, avant de me coucher à 23h00 (un exploit pour ma personne.)

Il faut dire que dimanche, en attendant mon avion pour rentrer à Brest, j'ai eu le malheur de relire un peu les Siwès Chronicles pour me remettre dans le bain, histoire de ne pas perdre mon temps et j'ai trouvé le style affligeant au possible. Vue mon humeur déplorable, c'était je pense, la chose à ne pas faire. Pourtant d'habitude, si j'ai un coup de blues, hop, je reprends mon travail sur mon roman, et magie ! Je me sens tout à fait mieux.

Depuis, je repense à l'Apparition des Chimères, un opus fantastique en demie-teinte, qui se passe dans un futur proche... Ce qui ne me mènera à rien puisque de toute façon, je dois finir les Siwès Chronicles avant de passer à un autre texte.

Il faut que je me recentre sur ma petite Siwès. Je vais essayer la couture. Elle me procure une satisfaction propre à ramener ma bonne humeur. Au pire, dans une douzaine de jours, retrouver mes chères grenouilles de CoCyclics me ramènera définitivement sur le droit chemin. J'entends déjà claquer les fouets...

ps: j'adore le titre de ce post. Ce serait parfait pour une nouvelle !

jeudi 15 octobre 2009

Le top du top

Vous savez que les écrivains sont narcissiques, nombrillistes, tout ça, tout ça.
Evidemment, je ne fais pas exception à la règle (sinon je ne bloguerais pas envers et contre tout, soyons logique). Donc, depuis l'annonce d'Au Sortir de l'Ombre sur Sci-Fi Universe, et même avant lorsque sa parution a été annoncé officiellement aux éditions du Riez, je me suis mise à... (j'ai honte, mais c'est bon la honte), à retourner de temps à autres sur ces pages pour y pousser un soupir de béatitude. Une fois par jour, hein, pas plus. En ce moment, c'est le stress au boulot, et puis il faut avouer que ça fait plus d'effet que le chocolat, le gras sur la ceinture abdominale en moins.

Ceci m'a amenée à deux conclusions. La première, c'est que quand le livre existera, il me suffira de le mettre dans mon tiroir, et d'ouvrir mon tiroir de temps en temps pour lui sourire coupablement. La seconde, c'est que finalement, le bouche à oreille peut donner d'incroyables résultats.

Déjà une trentaire d'impatients.
Et ASLO est tête de liste dans le top des romans avec plus de 300 visites.
La preuve

C'est très très très très très très mauvais pour mon ego parce que ça le place au-dessus du dernier Bernard Werber, le Miroir de Cassandre. (B@#!%*!!)

Mais, comme dirait mon ami Ereneril pour relativiser, c'est bien, mais il va falloir faire tenir le buzz pendant un an et quatre mois.

J'ai des idées.

Me déguiser en femme sandwich.
Pousser la chansonnette (cf. Maman a du caca dans la main, google est ton ami)
Demander à Sarko de m'adopter (je suis sûre que ça peut m'aider à en vendre des livres.)
Trouver un Apollon pour incarner William et le faire déambuler à demi nu (special dédicace à Sandrine).
Etc.

On va bien s'amuser l'année prochaine, c'est moi qui vous le dis.

lundi 12 octobre 2009

Poupoupidou !

Ce soir, je n'écris pas. Je viens de me battre une fois de plus avec le satin d'une certaine pochette dont les photos sont inutilisables pour un tuto. Bref, c'est la panique jo.

Bon, ne bloguons pas pour ne rien dire.
Mes tribulations avec le forum de CoCy sont presque terminées. (On est content pour moi, merci). J'ai bien avancé sur le roman que je bêta-lis pour CoCyclics (Le parfum de la violette), les commentaires sur l'extrait sont faits, et j'ai quasiment fini de trier mes retours dans ma tête. Je n'arrête pas d'y penser depuis la semaine dernière. Ca me poursuit. J'ai vraiment bien aimé la violette.

Pour information, je suis sur les rotules.

Il faut que je me couche dans 34 minutes, extinction des feux à 23h00, couchée tôt toute la semaine pour recharger les batteries. Parce que le WE prochain, je décolle pour San Francisco, et d'ailleurs, je compte bloguer de là-bas le WE prochain pour me la péter, genre j'écris dans un café à San Francisco.

Dans l'avion, foin de bêta-lecture, foin de tout ce que vous voulez, j'écris. Objectif de mes plages d'attente et de temps libre : faire grimper le compteur des Siwès Chronicles aux 250 000 signes. Oui madame, oui monsieur. Je suis à 208 000. 42 000 signes peinarde avec mon casque, hein, ça va le faire. De toute façon, je ne dors pas en avion. Mais je vais quand même prendre des livres pour les aéroports (je passe par Washington au retour, youpi).

Je me prépare aussi pour les Utopiales (enfin, je prépare la housse pour Junior quoi), juste après mon retour au 28, ça va être sport. Jet lag qu'on appelle ça. Ben déjà que sans jet lag, avec toutes les émotions et frénétiques conversations que ces rencontres déclenchent, ça m'épuise, alors là, je ne vais pas être fraîche du tout.

Et puis tout de même, un petit mot pour vous révéler que c'est Aurélien Police qui va illustrer Au Sortir de l'Ombre.

Ce qu'il fait est vraiment magnifique.
Je suis fan.
http://www.phrenologik.net/

(Et hystérique, même si je me contiens. :D)


(Ouiiiiiiiiiiiiii !!!)


(Il travaille avec Jérôme Noirez dites donc. Je côtoie des stars, c'est le pied.)
Diantre, il est 22h47, Cahyl m'appelle.

dimanche 11 octobre 2009

Dans les bacs en 2011

OK, très en retard pour mon tuto de pochette. mais j'ai des ennuis de dessin, c'est très dur à dessiner pour moi et les photos de tissu noir, hum, c'est nul.

Bref.

En tout cas, je suis euphorique parce qu'il faut que vous cliquiez là:
SURPRISE !!!!

J'entame la campagne de promotion dès maintenant.
:D
Vous pouvez même voter pour donner votre avis.
Uh uh uh !

lundi 5 octobre 2009

Tuto pochette eee pc à venir

Récemment, quelqu'un m'a laissé un commentaire pour me proposer un échange contre un tuto.
Je ne retrouve pas le commentaire de cette personne.

J'ai commencé à rédiger le tuto, mais je en compte pas l'échanger, je vais le mettre en ligne et à disposition de tout le monde.

J'ai commencé à le rédiger et à faire les schémas.
Publication courant de semaine ou ce WE.

C'est juste pour info.

mercredi 30 septembre 2009

La chaîne des couvertues

Voilà Blacky me l'a demandé (je ne peux rien lui refuser), donc je fais la fameuse chaîne des couvertures.

Celle qui m'a accroché l'oeil dès le premier regard :


Les perles d'allaya de Gabriel Feraud, couverture par Sébastien Grenier
Celle dont je suis raide dingue :

Le chant d'Elkirit, Olivier May couverture par Zariel
Celle dont j'engagerais volontiers le créateur pour réaliser la couverture de "Au Sortir de l'Ombre" :

Le shogun de l'ombre, Jerome Noirez, illustration par Aurélien Police

Mais comme je ne sais pas à qui la redonner... A vous de voir !

mardi 29 septembre 2009

La complexité du lecteur

Pendant que Beorn écrit sur le découragement des auteurs, de mon côté je ne redescends pas de mon tapis volant (les nuages, c'est trop commun).

Hier, mon collègue R. m'a écrit un mail post lecture sur ASLO*, super enthousiaste, et il faut bien le dire, ça m'a fait chaud au coeur (comme chaque retour positif que j'ai eu de la part des uns et des autres — ça deviendrait très très facilement une drogue - il faut vite que je finisse les Siwès Chronicles pour y retoucher). Je suis montée à 1 000 pieds de plus, ce qui fait que je dois flotter à peu près à 12 000 à l'heure où je vous écris.

C'est fou n'empêche, chaque lecteur se fait sa propre lecture (ça ne veut rien dire, mais si je m'explique, vous allez me comprendre). Par exemple, R. n'a eu aucun souci, ni avec les scènes d'action, ni avec les personnages, ni avec la complexité de l'intrigue, rien. Sur la même version, j'ai eu un lecteur qui trouvait que je ne rappelais pas assez certaines choses, et j'en ai eu un autre qui m'a reproché le contraire. Mais ce qui est cool, c'est que maintenant, si j'ai un doute suite à un commentaire, je peux m'exclamer (aussi modestement que possible du reste):
"Je verrais ça avec mon éditeur."
Mouahahahahahahah !
* Ultimate Happiness *

Mais revenons au lecteur.
Ce qui me sidère, c'est la résonnance particulière du texte en fonction du lecteur. Vous me direz que j'ai mis le temps avant de le réaliser. Cependant, il y a une différence entre être au courant, et observer le phénomène de près.

On parle souvent "des goûts et des couleurs" de chacun pour se montrer sous un jour tolérant, même si en son fort intérieur on a des ? et des ! et des ?!! qui se bousculent — quoi il y a des gens qui n'aiment pas ce qu'écrit Neil Gaiman?!!. En vérité, on accepte, mais on ne comprend pas et on ne peut pas vraiment comprendre puisqu'on ne dispose pas d'un accès à ce que chacun se dépeint dans son monde intérieur.

Tout cela me rappelle l'allégorie de la caverne de Platon. Sauf que cette fois-ci c'est le roman qu'on projette sur la caverne du lecteur. Il faudrait voir par ses yeux pour le vivre de la même façon que lui. Ce qui est impossible bien sûr, mais en le faisant parler, on peut apprécier quels reliefs du roman ont orienté sa lecture. Ensuite en gros, en faisant le rapprochement avec la ligne directrice qu'on a travaillé, on peut saisir son angle de perception.
- L'identification aux personnages.
- Le mode "enquête" (comprendre à l'avance ce qui se passe).
- La curiosité.
- Le penchant sadique (muf muf muf).
- Le mode navigation (emporté par les flots).
Etc.

C'est fascinant. Mais disséquer les retours n'est pas suffisant, il me semble.
Prochaine étape de l'expérience : ligoter le lecteur, le brancher et obtenir des images.
(Je parie que tout de suite, il y a moins de lecteurs qui se bousculent au portillon.)

* Evidemment, je ne fais plus lire ASLO maintenant qu'il a trouvé un éditeur, mais je ne pouvais raisonnablement pas l'arracher à ceux qui en avaient commencé la lecture. Je pense que cela aurait été mal vécu :D Je suis trop généreuse, je sais, je sais.

lundi 28 septembre 2009

J'écris un peu quand même

Je suis tellement occupée que je n'ai pas le temps de twitter. C'est dire. Entre le forum de CoCy ce WE, la recherche de solution, le parfum de la violette, le carrelage de la salle de bain, et tout et tout, je n'ai pas grand temps.

J'ai quand même pondu vite vite les 6000 sec* qui me séparaient du seuil fatidique des 40% de rédaction des Siwès Chronicles.

Ca méritait d'être dit.
Mais alors par contre, mes personnages sont nettement moins coopératifs que ceux d'ASLO.
Dans ASLO, on a une équipe soudée, consciencieuse, mesurée.
Dans les chronicles, on a surtout de fortes personnalités qui n'en font qu'à leur tête. On ne sait jamais ce qui va traverser l'esprit de Siwès, Baxian fait des cachotteries, Tomas rumine dans son coin, Hellone a surtout envie de trucider du méchant et Tadjal entretient son goût de l'aventure en épaulant Siwès dans ses frasques. C'est un beau bordel que voilà.

Enfin bref, ça avance bien tout ça.
Je suis contente.

samedi 26 septembre 2009

Spaceship

CoCyclics. J'ai l'impression d'être l'amiral d'un spaceship type Battlestar, avec le prestige mais aussi les soucis.

Je dois m'assurer de conduire la flotte à bon port. Lequel? On ne sait pas exactement, on tient le cap, on a nos lignes de conduite et on progresse consciencieusement. Avec prudence et mesure, en gardant à l'esprit nos valeurs: travail, solidarité et bonne humeur.

Récemment, j'ai senti en consultant les relevés de navigation que le navire craquait de tout bord. Les battlestar de type Pun ne sont plus supportés depuis 2007, et vu le nombre d'occupants à bord ainsi que l'acharnement des robots à nous prendre d'assaut, l'amenuisement de nos ressources SQL est devenu préoccupant. En juin, les premiers signes de fatigue nous ont déjà livrés au silence pendant plusieurs jours. Et puis, les discussions en cours sont devenues de plus en plus problématiques à gérer pour l'équipe. On en était à l'âge de pierre électronique, ou presque.

Cette semaine, j'ai proposé de migrer vers une structure phpBB. Le navire serait plus solide et les facilités d'administration nous permettraient de tenir la charge. J'ai entré les paramètres, lancé les simulations, fait un premier essai à blanc, avant de lancer le compte à rebours. Tout le monde s'est déconnecté. La migration numérique nous a happés.

Normalement, on aurait dû arriver pile au résultat calculé et non manquer de s'écraser à côté du but. On y a laissé des plumes en route. Heureusement, mon équipe a stabilisé le vaisseau, lancé les opérations pour remettre de l'ordre, et tout le monde y a mis du sien.

Il manque encore un peu de peinture, et certaines absences sont préoccupantes. Mais on va ramener les sujets et les messages manquants. Bientôt, tout sera stabilisé. Personne ne râle, tout le monde serre les dents, et au bar du navire, c'est la cohue, comme naguère ou presque.

Ce n'est pas sur tous les forums qu'on vit une pareille migration sans charger l'administrateur.

lundi 21 septembre 2009

Le temps des interrogations (sur le nom d'auteur)

Pas doutes, hein, interrogations.
Les interrogations spéciales du Wannabe Auteur qui va être publié pour la première fois.

J'ai envie de signer Syven, tout simplement.
Parce qu'avec le temps, c'est devenu mon deuxième prénom, voire c'est devenu ma seconde identité (avec le petit côté super-héros en prime).
Parce que j'ai un public fidèle sur le web qui le connait (je vous envoie des brassées de petits coeurs mes lecteurs, je vous voie dans mes stats, et je vous aime !)
Parce que j'ai l'impression que ça se retient bien.

* cherche d'autres arguments *
Heu, c'est joli.

Et puis il y a eu ce rêve.
La caméra sourde qui tremble et qui tangue, floue sur les coins, en descente dans le fond de la librairie Dialogue de Brest, qui s'approche du rayon SFFF et qui me montre une étagère, et Syven qui se détache sur la tranche d'un livre.

Ceci est carrément un appel à haute valeur ajoutée de commentaires objectifs et subjectifs.
Si vous étiez à ma place, Syven? Pas Syven?
Ca vous donne envie d'acheter vous Syven?
Vous aimez Syven? Oui, non, pourquoi?

PS d'anticipation: pourquoi pas mon vrai nom? J'aime bien séparer le travail du reste.

vendredi 18 septembre 2009

Le goût de la victoire

Alors, vous me direz, qu'est-ce que ça change d'être propulsée du stade apprentie au stade auteur ?

Je vais régulièrement sur le site des éditions du Riez pour soupirer de béatitude devant les couvertures. Le mois prochain, j'achète en souscription les Sombres romantiques. Mon mari compte acquérir la loi du désert. C'est passé en tête de Pile A Acheter. Je me demande si je vais pas faire collection, comme pour les novellas de Griffe d'encre.

Je rêvasse au sujet des corrections à venir.
Je m'imagine ce que ça fait de tenir le produit fini.
Je me demande comment il sera accueilli par la critique.
Je ne me rends pas bien compte que je vais passer de l'autre côté des stands dans les salons.

Je me dis que je n'ai pas trimé pour rien.
Je me dis que j'ai beaucoup de chance.
Je me dis que j'ai encore plein de choses à apprendre.
Mais je me sens confiante. Je sais ce que j'ai à faire.

Présentement, je révise mon bescherelle (je vous conseille les tests: http://www.bescherelle.com/tests.php)
Tata Syven dit :
On devrait tous réviser notre bescherelle une fois par an.

Et je travaille sur les Siwès Chronicles.

Dommage que j'aie été malade cette semaine. Je n'ai pas avancé énormément. Mais le récit commence à prendre une tournure très intéressante. Mes personnages sont campés sur leurs lignes directrices et tout s'emboîte à merveille. C'est un roman éminemment héroïque, presque homérique.

J'ai l'impression que je ne dois surtout pas m'arrêter d'avancer, parce que je ne veux pas que l'écriture s'étale. Je projette une fin de rédaction pour avril 2010 au plus tard, au mieux pour décembre, mais je crois que c'est râté. Si je veux le développer correctement, je ne dois pas bâcler.

Les chroniques de la guerrière fantôme affichent 184 600 signes espaces comprises.



Note: il est finalement très improbable que mon effigie trône au salon du livre 2011 (à mon grand regret), mais c'est pour une raison plus surprenante qu'attendue : en gros les éditeurs indépendants ne s'y rendront pas si comme en 2010, on leur propose de doubler les tarifs des stands.

Mes pauvres amis, il semblerait que l'on cherche à nous standardiser nos lectures.

Des infos ici

mardi 15 septembre 2009

Les éditions du Riez

Ce qui est rigolo, c'est que c'est mon centième message sur ce blog. Enfin, le centième à propos d'Au Sortir de l'Ombre. Ce WE, j'ai failli vous pondre une petite rétrospective. Mais mon état grippal vous a épargné ce supplice.

De toute façon, les rétrospectives marquent les fins. Or, l'aventure commence ! Au Sortir de l'Ombre n'est qu'un titre provisoire.

J'ai hâte que mon éditeur lui en trouve un bien.


Oui, vous avez très bien compris, je me retiens de crier victoire et de courir en rond dans le jardin depuis mercredi dernier. Parce que je l'ai
reçue ma bonne nouvelle !

Dans ma boîte e-mail. Je l'ai découverte sans être préparée. J'ai un bouclier anti-refus, pas anti-oui. On n'imagine pas qu'il faut se préparer à ce point pour encaisser des bonnes nouvelles.

J'ai pris une telle claque que dans l'ordre, j'ai pleuré, frôlé le malaise, puis entretenu un vigoureux mal au crâne. Tout l'après-midi.

Voilà : Au Sortir de l'Ombre (Titre provisoire) paraîtra aux éditions du Riez, a priori au cours du premier trimestre 2011.
 

PS: L'euphorie, ça a l'effet du vin rétro-annuel.
PS2: Je crois que je n'oublierai jamais ce message.

PS3:  Ca tombe bien, aujourd'hui est un grand jour pour les éditions du Riez. C'est la sortie officielle de La Loi du Désert de Franck Ferrick. Il est beau, il donne envie, et pensez qu'il n'est jamais trop tôt pour commencer ses achats de noël !


PS4: Champagne. :D
PS5: Je vais devoir mettre à jour ma bio ! Youpiiiiiiiiiiiiii !

lundi 14 septembre 2009

Remarque en passant

Sur CoCyclics, on m'a dit que j'étais la reine du teasing.
Je trouve que c'est un beau compliment.
 
En tout cas, j'ai la grippe, ou un état grippal, je suis dans mon canap' et j'ai super chaud d'un coup, d'un seul. Il y a peut-être un état de cause à effet.

Mais j'ai l'impression qu'il se pourrait qu'il y ait des remous sur ce blog dans les jours qui viennent. En tout cas, l'aventure de l'édition continue.

Demain, si j'ai de la voix, je promets de prendre mon téléphone.
Ensuite, je vous raconterai.

jeudi 10 septembre 2009

Silence

J'ai un peu de mal à me concentrer en ce moment.
Faignante, je n'ai pas écrit depuis Mardi (à part de la doc en anglais pour le boulot, mais ça ne compte pas).
Les Siwès Chronicles totalisent quand même 168 500 signes.
Pas mal, hein ? Vivement ce WE que je poursuive.
D'autant que j'ai reçu ma doc, je compte visionner ce soir. ^_^

Bon, et sinon ?
Je porte des plumes en boucles d'oreilles.
Et vous savez ce qu'on m'a dit?
Que sans m'en rendre compte, je fais des allégories.

J'ai trouvé ça joli.

lundi 7 septembre 2009

L'imagination qui galope

L'écriture, c'est une drogue. Un shoot, une claque, un rêve éveillé. C'est pour ça que j'écris. De temps en temps, je décolle et je vis des moments indescriptibles, que j'essaie de retranscrire, mais même les mots ne valent pas l'extatisme exalté de la création.

Dernier vol en date, samedi, en pleine soirée, où pendant une minute mon pied a battu la mesure au rythme des basses, tandis que j'étais catapultée dans mon imaginaire. Je ne me rappelle pas de la bande-son, juste des images, lesquelles telle une bande-annonce défilaient et s'imbriquaient à la perfection.

Les Siwès Chronicles affichent 156 000 signes.
Je n'ai jamais écrit un roman aussi vite.
Peut-être qu'il me faudra écrire le deuxième dans la foulée.

samedi 5 septembre 2009

Où est-elle passée?

J'abandonne mes lecteurs sur Haricot primeur, je ne donne pas beaucoup de nouvelle.
Que fais-je donc?

Eh bien, je travaille pardi. Siwès affiche 150 000 signes (oui monsieur, oui madame), et puis il faut que je me mette des coups de fouet au popotin pour le parfum de la violette (oui, j'ai replongé, je bêta-lis un roman pour CoCyclics).

La nuit, je rêve que je vais à Hollywood pour le tournage d'Au sortir de l'Ombre, et qu'on m'appelle par mon pseudo Syven (lu sur mon siège à côté de celui de Spielberg, oui, rien que ça).

Le jour, je fais du shopping, histoire de disposer de la documentation nécessaire pour donner le vie à un étigre.

A bientôt ! (ps: regardez sur mon twitter ! Je suis de bonne humeur!)

mercredi 2 septembre 2009

Une place pour les jeunes auteurs

C'est la grande inquiétude du moment. On la sent percer dans la blogosphère, chez CoCyclics, dans certains articles (comme là). L'anxiété nous gagne, débordant de notre environnement professionnel. Nous nous interrogeons sur l'avenir des auteurs SFFF en France. Parfois de la SFFF: http://mondesf.blogspot.com/2009/08/retour-de-bellaing.html

Avec son label milady, Bragelonne a bouleversé le paysage dans les librairies.
Il y a un phénomène de concentration éditoriale. Forcément, des éditeurs vont en pâtir.
Il semble que les lecteurs aiment mieux la SF anglosaxonne.

On en parle, on explique, et puis on se rend compte. Hier, je suis passée en coup de vent à la fnac (Oh Dialogue, librairie chérie je paierai pour cette infidélité!), et j'ai failli compter le nombre de titres français. Au final je me suis abstenue. En rentrant, j'ai sauté sur le site de Griffe d'encre (j'ai acheté le chant d'Elkhirit et les Prothétiques.)

J'ai envie de fermer les yeux et de poursuivre mon petit chemin sans me ronger plus les sangs. Il n'y a pas beaucoup de place pour les jeunes auteurs dans ce schéma (cf. article pérécdent). Mais ce n'est pas nouveau. Cela fait longtemps que j'ai accepté cette partie du jeu.

Désir d'insouciance ? Peut-être. Le climat n'est pas encourageant dans ma sphère professionnelle, alors me soucier plus des problèmes de l'édition contribuerait à me déprimer, ce que je ne souhaite pas. C'est inutile, et ce n'est pas ce qui va m'empêcher d'écrire. Ma petite Siwès a très envie de s'exprimer, impossible de l'en empêcher.

Mais tout ceci me préoccupe. Au-delà de mon propre petit nombril, j'aime trop les livres, je ne peux pas me satisfaire que de littérature étrangère, et puis je lis de bonnes choses sur CoCyclics. Rendue page 100 des fedeylins, j'ai lâché un gasp! de frustration parce que je n'avais pas encore imprimé la suite. Je n'ai pas reconnu le premier roman que j'ai lu il y a un an. Impossible de lire moins de 50 pages d'affilée. Le travail accompli m'a clouée sur mon siège. Vite la suite.


Quelle solution? Lire et acheter. Roger, mais avec mon mari chômeur, le budget plafonne, impossible de faire plus d'effort.

Chercher des réponses sur le net. Alexandrie? E-books?

Dernière réponse, en inventer une. En inventer une. En inventer une.
Je cherche toujours. La foudre pourrait bien me frapper une deuxième fois.

En l'attente, lire des auteurs français.
Faire de la pub pour tous ceux que j'ai aimés.
Donc poster plus.

lundi 31 août 2009

Refus n°3

J'avais envoyé ASLO aux éditions Baam!
Sans surprise, c'est un non. Bon OK, je le sais, Baam! c'est jeunesse. Mais avec mes effets pyrotechniques et mon gros monstre de trois étages, ça me semblait dommage de ne pas tenter l'affaire.

Alors voici mes notes sur les éditions Baam!, en bref un résumé de mes échanges avec eux.

capital sympathie par e-mail: 10+/10
On peut dire qu'ils sont charmants quand vous leur écrivez. Ils répondent dans la journée et ils ont un style enthousiaste en parfaite adéquation avec leur nom. J'adore !

rapidité: 9/10
Moins de deux mois pour répondre, bravo. (Il faut répondre sous 15 jours ou moins pour avoir 10).

explication dans la réponse: 10/10
ASLO, jeunesse. Un lien intéressant pour approfondir ma connaissance des collections jeunesse:

¤¤¤
En tout cas pour le moment, je suis vernie. On me répond super vite.
Ca me remonte le moral après la lecture de ce poignant article:

ps: j'encaisse super bien les refus, je trouve. Est-ce que c'est normal? ^_^


vendredi 28 août 2009

Donc, cette semaine, j'ai envoyé mon roman à trois éditeurs, en version papier.
J'ai bien envie d'en imprimer d'autres à la maison ce soir et de courrir à la poste demain.

Ca fait tout bizarre de le tenir imprimé et relié (et lourd d'un bon kilo): le travail prend corps dans cette liasse de feuilles.
Ce n'est pas pareil qu'un fichier électronique.
C'est là aussi que l'aventure de l'édition prend tout son sens.

L'objet livre, le St Graal qui mérite sa quête de l'impossible.

Un autre lecteur m'a fait part de son ressenti, fort positif. Les compliments sont allés tout droit gonfler mon airbag anti-refus (et mes chevilles aussi, voilà un argument pour remplir de nouvelles bottes).

Je n'arrête pas de me dire qu'il va bien y avoir un éditeur qui va accrocher quand même. La dernière version a bénéficié d'un traitement de fond anti-parasites (coquilles et autres cafards). Il faut y croire, j'y crois.

J'entrevois présentement ma reproduction en carton flottaant au-dessus du salon de livre 2011 (oui, mes fantasmes sont comme Au Sortir de l'Ombre, ils ne lésinent pas sur les moyens pyrotechniques, mais ils respectent le calendrier des probabilités).

Affaire à suivre donc.

ps : Ne m'en voulez pas trop de rêver. Le rêve ne nourrit que le rêveur, il ne blesse pas.

lundi 24 août 2009

Je claque la bise à Huggy

Pas à Huggy les bons tuyaux hein, mais à Huggy le mari de NB.

Le bonheur existe : cela s'appelle la reliure d'archive plastique.

C'est cheap, ça se voit, mais les éditeurs s'en satisferont sûrement très bien, car le principal, c'est de ne pas avoir de feuille qui vole, et puis 9 exemplaires sur 10 iront à la poubelle, alors bon, je ne vais pas me ruiner non plus. La boîte de 50 à moins de 9 euros dans un magasin de type papèterie, moins chère que sur le net, si c'est pas le bonheur, ça y ressemble bien !!!

vendredi 21 août 2009

Challenge de samedi, pour Syven aussi !

Vous croyez vraiment que je me la coule douce ?


Les vacances, c'est fini.
C'était bien de partir avec un autre écrivain, un qui va être publié (coucou Silène !!!)
De l'asticoter tous les jours : "Alors combien de signes aujourdhui ? Je te rattrape, tu sais !" ou encore : "Super tu prépares à manger ! ! Je vais en profiter pour avancer un peu !"
De discuter de ce qu'on vient d'écrire et de s'auto-congratuler.
De ressentir l'émulation de l'autre.
De s'apercevoir qu'on n'est pas la seule à regarder dans le vide. ^^
De trinquer tous les soirs à notre avancée.

Mais le mieux de tout, c'est de ne pas être frustrée par la fatigue ou le manque de temps, et de déverser sans contrainte le bouillon tumultueux d'évènements qui m'occupent l'esprit en arrière plan. C'est aussi de ne pas me sentir "impolie" quand je prends mon crayon pour noter vite fait une idée qui me reste à l'esprit, ou quand je m'isole pour écrire une heure, histoire d'avancer (ou de me libérer).

Mine de rien, c'est très-très fatiguant d'être moi.
Passons aux choses sérieuses.

J'annonce officiellement sur ce blog que "Siwès, les chroniques de la guerrière fantôme" participe au challenge de la Nuit de l'écriture !

Ça vous dirait, une nuit blanche ?

De 21 heures 30 à 4 heures, je vous propose d'écrire 10 000 mots du texte de votre choix. Les dates seront annoncées dans la partie "Lancements".

Fanfiction, écrit original, continuer votre roman, terminer un chapitre, en débuter un autre, vous lancer dans le drabble géant... tout est permis, le tout étant d'écrire ! Ce défi est ouvert à tous et à toutes, même les inconnus s'ils en ont envie.

Ça vous tente ?
Si c'est le cas, inscrivez-vous. Vous serez libre de poster votre avancée sur votre LJ ou votre blog perso, mais je vous propose d'effectuer un check point toutes les demi-heures, sur un sujet que je créerai exprès (un par Nuit). L'émulation poussant au dépassement de soi, ça devrait nous être très utile !

Même si vous doutez de parvenir aux 10 000 mots, participez, n'hésitez pas. Le tout c'est d'avancer ensemble !


Plus de renseignements ici.


J'ai un programme à décorner les boeufs.
Souhaitez-moi bonne chance. :D
La prochaine Nuit se déroule donc ce samedi 22 août, troisième édition de ce défi.

mardi 18 août 2009

La magie d'ASLO

Cheveux dressés au petit matin, c'est l'effet ASLO*, foi de perlinpinpin!

Un peu de sérieux voyons !

Je vous avais promis un petit point sur ASLO. Donc, aujourd'hui, j'ai envoyé le début à Mnémos (suite à un sympathique échange par mail). Je commence donc mes envois papier.

Au salon du livre de Lorient, j'ai rencontré le sympathique Christian Blanchard, des éditions du Barbu, avec lequel j'ai discuté de sa maison d'édition. Eh oui, installée à Plougastel, cette maison d'édition donne dans le polar mais aussi dans le fantastique et la fantasy !

J'ai acheté son livre (la Triade du bourreau, roman noir polar psychologique, miam miam! En lice pour le prix cognac ! Ouille ouille !) Je l'ai lu dans la foulée. Très bien. Faut juste aimer la torture et les fourmis (parfait.)

Retour rapide sous 15 jours : ASLO ne correspond pas à ce qu'il recherche. Ca vallait bien le coup de lui remettre le début en main propre. Le site web est en réfection, mais je vous mets le lien quand même: www.editiondubarbu.com/

Je ne pensais pas que je me montrerai si détendue en recevant des refus.

Sinon, aujourd'hui, notre cher roman est parti pour une valse chez Mnémos.
Je vais bien et je ne suis pas stressée. Serait-ce l'effet vacances?


*ASLO: Au Sortir de l'Ombre. Thriller fantastique en recherche d'éditeur. Crès-crès prenant.

lundi 17 août 2009

Me revoilà

Les vacances sont finies

Ca y est, je suis de retour.
* groumph *
J'ai froid. Le soleil me manque déjà (Oléron > 30°, Brest <20°).
Au moins j'ai eu du soleil, je n'ai pas à me plaindre. ^^

Point positif, j'étais vraiment super contente de retrouver mon gros minou. Je l'aiiiiiiiiiiiime. (Vous n'aurez pas souvent de la guimauve sur ce blog, alors profitez.) Cette nuit, il a dormi affalé dans le bonheur à côté de notre lit (faut pas pousser mémé non plus, il ne va pas se coucher avec nous, il a plus de classe que ça. Et ça remue trop, de fait.)

J'ai aussi passé de super vacances, parce qu'en plus de ma famille, je suis partie avec un autre écrivain (dont le papa est écrivain aussi et qui a loué la drôlerie d'Haricot Primeur. La classe totale.) On a profité toutes les deux pour écrire le plus possible pendant la semaine. (Oui, il faudrait que je mette des photos. Ce serait bien, vu le retard que j'ai accumulé de ce côté. La classe encore, entre mac et eee pc, chapeau vissé sur le crâne.)

Ca avance du côté des chroniques de la guerrière fantôme

Siwès Chronicles a dépassé les 100 000 signes. J'en bien ai écrit 45 000 cette semaine. Je ne sais pas trop si vous vous rendez compte. J'ai commencé de zéro le 10 juin. Ca ne m'était jamais arrivé une telle progression, aussi rapide (et ce n'est pas du quick and dirty en plus!) Bénie soit Roanne qui a eu l'idée du Challenge 2009 !

J'ai même envie de participer à la nuit de l'écriture samedi prochain. Objectif: 1 nuit, 10000 mots. Ca fait beaucoup de signes tout ça, mais quand je repense à l'avancée fabuleuse de Roanne grâce à cette expérience, je me dis que ça ne pourrait pas me faire de mal non plus.

Il ne reste plus qu'à organiser cela avec mon cher et tendre amour... Qu'il accepte de ne pas me voir dès 8h le soir, de gérer mon fiston et son coucher, puis son lever, et pour parachever le tout que je puisse dormir jusqu'à midi pour récupérer.

:D

Dans les prochains posts de Syven:
  • Des photos de cadeaux et de vacances (ayant pour thème, la vraie vie des écrivains en devenir - ou pas pour certaines)
  • Des news de notre bon vieux ASLO, parti au feu à l'aventure de l'édition (ouille-aille)
  • Des pensées erratiques débiles (ohohoh ihihih uhuhuh)
  • Quelques notes de lecture (mais pas trop non plus)
  • Sûrement de la couture. ah oui, j'ai un truc dément à vous montrer... :D

Conclusion: houpla, chocolat.







mercredi 5 août 2009

En vacances !

Tout est dans le titre.

Point ASLO: un nouvel envoi bientôt dans la boîte. La suite à la rentrée.

Point Siwès: Choupie est à 56400. Le compteur va monter pendant les vacances.

Point photo: J'en ai plein à vous montrer, c'est la cata. Là, je retourne à la couture. :D

Sur ce, à dans 10 jours!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
(Ne soyez pas trop sages.)

samedi 1 août 2009

Encourageant

Alors que j'avais prévu hier de me la couler douce, de ranger, de coudre éventuellement et surtout de vous bloguer un article mit photos parce que j'ai réçu des super cadeaux pour mon anniversaire, patatra, j'ouvre ma boite mail et que lis-je?

Un mail de comité de lecture qui me dit...

(uh uh uh)

Mais non, pas ça.

(uh uh uh - j'ai fait le coup à ma mère au téléphone.)

D'envoyer la suite d'ASLO. (Certains éditeurs ne demandent que le début, à raison d'ailleurs, ça fait gagner du temps à tout le monde.)

* wouhouhouhou ! *

Les vacances ne pouvaient pas mieux démarrer, sur un message d'espoir et surtout, sur un petit stress du vendredi soir pour finir la chasse aux répétitions de mais amorcée suite au premier retour d'éditeur. Il a aussi fallu que j'enlève toutes mes couleurs.

Sur ce, je vous laisse, j'ai une copine à attraper au train.

vendredi 31 juillet 2009

Tic tac

Je compte les minutes d'ici les vacances.
Je pense à ma relecture en cours d'ASLO.
Je pense à ma reprise des Siwès Chronicles.
Je pense à mes lectures.
Je pense à ma couture.

Je pense à l'article que je dois vous poster, avec photos.
Parce que je suis trop aimée et trop gâtée par le monde entier.
:)

lundi 27 juillet 2009

Motivation absente

Ce WE, j'ai quoi... relu trois pages des Siwès Chronicles?
C'est tout.

Je n'ai rien fait.

Pas même une petite couture de rien du tout.
Rien.

J'ai vu Doctor Horrible et je me suis peint les ongles.
En rose.

Et vous savez quoi ? Je n'ai pas honte.

(Muf muf muf)

vendredi 24 juillet 2009

Un petit peu de cocaïne, svp

J'en peux plus. Non, mais là, rien à voir avec l'écriture, Siwès, ASLO, ou même la couture.
Je suis naze, HS, a plus patate, a plus d'énergie.

Viiiiiite. Des vacances.

Viiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiite.
Dans une semaine.

Mais j'ai hâte, j'ai hâte ! Vous n'imaginez pas à quel point.
Je croule sous le travail, je m'écroule le soir. Je n'ai pas le courage d'écrire des articles pleins de gags pour Haricot Primeur (pourtant, j'ai un tas d'histoire de caca de nez à raconter).

Pour vous dire, j'écris mes docs en anglais. Ce matin, je corrige des bugs dans la doc (si c'est possible quand on écrit une doc C# en xml), et je rajoutais des balises lt et gt dans mon code source, parce qu'en gros j'avais mis des <> partout, ma doc compilait pas, et mon texte n'apparaissait pas. Rha, sans preuve de mon travail, que deviendrais-je?

Brèfle. Tout ça pour dire que dans ma tête, je pense en anglais.
< = Less Than -> LT
> = Plus than -> PT

Sauf que c'est pas plus than en anglais. C'est greater than, avec un G, donc GT.
Donc DARK SIDE OF THE FORCE !!! Il faut que je recommence et ça m'énerve, vous ne pouvez pas vous imaginer.

Vous êtes contents de le savoir, hein?


mardi 21 juillet 2009

Et on rebondit

Lasse des auto-flagellations qui tendent à démontrer que je ne suis pas la machine infaillible que j'espérais (suite à une surabondance de "mais" remontée par mon premier refus - pffff), je préfère me conforter dans la douceur chaleureuse de mon dernier retour positif.

On écrit pour faire plaisir à un lecteur, éditeur ou pas.
C'est ça le vrai challenge !


Elodie, you make my day !

lundi 20 juillet 2009

Premier refus !

Ca y est, le premier refus pour ASLO est tombé. J'ai regardé mon twitter et j'ai peut-être un poil exagéré hein, vu que j'ai fait la fête samedi pour mon anniversaire et que je me suis bien amusée, je n'ai pas déprimé tant que ça, rassurez-vous.

C'est facile de regretter, de se dire qu'on aurait pu mieux faire, et que peut-être on a trop focalisé sur tel ou tel point pendant la relecture, qu'on n'a pas vu des mais ou des et sur certaines zones, de repenser à Robert avec agacement... Il y a toujours matière à mieux faire, mais comme le disait Amibe en commentaire, eh bien, à un moment ou à un autre il faut se lancer. Il n'y a pas de bon moment absolu.

Et puis, il existe un remède tout trouvé au spleen consécutif à un refus.
Relire les petits messages qui font pousser des hourras.

Mouahahahahahah !

vendredi 17 juillet 2009

La télé ne porte pas conseil

Rhaaaaaa.... La longue semaine de trois jours.

Il n'y a pas de gosse, on mange une pizza, et on regarde les experts.
Un couple normal en somme.

Qu'est-ce qu'on se marre ! Le gars à la télé, il fait se révéler le sang avec une lampe ultra-violet.
"'Tain, c'est pour le sperm ça!" (Il y a un scientifique dans cette pièce qui se sent mal - j'espère qu'il a raison.)

- A qui t'écris ? me demande Nereij (toujours en lunettes de soleil - ça tape fort chez nous, je me demande comment ça se fait qu'il ne se rende pas compte qu'il porte ses lunettes de soleil à l'intérieur. ).
- A mon blog.
- Mon dieu !
- ? (Lord of the ring, ou dark side of the force, OK, mais Dieu ?)
- Ah la vache!
- ???
- La quantité de calgon qu'il met dans sa machine le gars!

Ah oui. Bon, c'est la pub.
-_-°

Deux minutes plus tôt, on rêvait devant des couvertures de bouquins sur le net - bien sûr, pas n'importe lesquelles...
- Ah !!! Oh !!!
(On remonte le temps en fait)

En tout cas, il paraît que cinq comités de lecture lisent ASLO.
Me lisent.

* fu fu fu *
* chaleur chaleur *

Tout à l'heure, sur le chemin du retour, j'ai eu une horrible, horrible pensée. Un terrible, terrible doute. Dans ma tête une seule fin, la conclusion légitime pour un certain gothan.
Mais pour le lecteur?

Vous serez consterné(e) d'apprendre que le monde ne se prosterne pas toujours devant ma prose. Mais vous qui me lisez dans le dedans de vous-même, apprenez que la vérité est la suivante: le génie méconnu finit toujours par triompher.

Il suffit juste de l'avoir.
Sur ce, bon mojito à toutes et tous.
:D

(ps: c'est vendredi, vous me pardonnerez.)

mercredi 15 juillet 2009

Ah les longs WE !

Oui, donc ça y est, j'ai commencé à faire mes envois aux éditeurs, et je suis mon petit planning à la lettre. Je suis très détendue. J'envoie des bouteilles à la mer, en sachant qu'elles échoueront sur des plages bondées de lecteurs. C'est rassurant.

J'ai abandonné provisoirement la couture parce qu'en ce moment, la guigne est totale.
Dernière erreur en date, découpage de tissu dans le mauvais sens. Plus de fil assorti. Projet au point mort. Et tout ce que j'ai commencé à côté échoue. Ca m'énerve.

De toute façon, je suis surtout habitée par des grands tigres fabuleux, des jeunes filles intrépides, et des personnages hargneux. Il faut que j'aille faire une update dans mon fil du challenge CoCyclics (ndlr: d'ici le 31 décembre 2009, les participants de ce challenge se proposent de boucler le premier jet d'un roman.)

Mais, après un WE festif de gavage intensif, j'en susi venue à la conclusion suivante. Lorsque la peau est tendue sur le bide, difficile de se concentrer pour écrire un texte. C'est plus facile de rêvasser à des scènes vautrée dans une chaise longue...

Mais quand même, hier soir j'ai pondu 8500 signes. Pas mal, je dis pas mal.
Siwès chronicles: 40500 signes

lundi 13 juillet 2009

Clic or not clic

Cette semaine, j'étais donc en battle mode sur tous les fronts, surtout au boulot d'ailleurs. Mais ça ne m'a pas empêchée d'écrire des dizaines de lettres.

Donc avec émotion, je fignole mon envoi, mon tout premier envoi de mon roman à un éditeur. Je sais, je prends mon temps. Hé! On n'est plus à une semaine ou à un mois près quand on bosse sur un projet depuis deux ans et demi.

Je relis ma lettre. Parce qu'il y a une lettre, qu'on appellera THE lettre.
J'attache mes fichiers (là c'était par e-mail).

Et j'attends, un peu comme quand j'ai collé une bande de cire dépilatoire et que je sais que je vais devoir l'enlever, mais que je compte me surprendre, c'est à dire l'enlever d'un coup, sans avoir anticipé. Bon, la chose n'est pas aisée car je sais que je vien sde coller une bande, mais il s'agit de bien se concentrer sur la bande, puis de se dire j'y vais, j'y vais pas, et d'y aller aléatoirement sur un j'y vais, en éclipsant la douleur future occasionnée. (Je me cherche à me convaincre comme je peux que ça fera moins mal de cette façon.)

L'erreur dans ce parallèle, c'est qu'un envoi ne fait pas mal, ça suscite une émotion, c'est tout. Surtout si c'est le premier.

Donc gros suspense, clic final.
Réponse:
Hi. This is the qmail-send program at yahoo.com.
I'm afraid I wasn't able to deliver your message to the following addresses.

Je m'étais trompée, une petite faute de frappe dans l'adresse e-mail. Je l'ai réexpédié aussitôt, comme n'importe quel message, sans réfléchir, sur un automatisme.

Étrange comme l'importance de certains gestes contredit celle des autres.

En tout cas, ça y est. ASLO est parti !

mardi 7 juillet 2009

On tient le bon bout !

J'ai eu mes traductions latines ! J'ai eu mes traductions latines ! J'ai eu mes traductions latines !

La vache, elles étaient dans ma boite mail avec un e-mail de Mnémos depuis vendredi. J'ai reçu tellement de courrier que je ne les avais pas vues.
On va pouvoir y aller maintenant.

Battle mode : engaged.

lundi 6 juillet 2009

Quand la lose frappe

Ces derniers temps, la couture, c'est la lose totale.
To-ta-le.
T-o-t-a-l-e.

Le petit haut maudit pour Audrey est définitivement maudit.
La surprise que je prépare a foiré dès le découpage - saleté de satin à la * BIP *.
Ca me déprime, du coup je n'avance pas.

Par miracle, j'ai fini le haut rouge chauve-souris en jersey, mais il faut que je le lave, il n'est pas encore présentable.

Je crois que je vais en refaire un gris d'ailleurs, version robe même. Parce qu'il se trouve que celui que j'avais fait super beau, de cet article là, il est mort.
Mo-rt.
M-o-r-t.

Parce qu'en m'allongeant sur la table à langer du Haricot pour lui faire un bisou, j'ai oublié l'obstacle "coton imbibé de dakin", n'est-ce pas, et du coup j'ai une grosse tâche blanche en plein milieu, irrécupérable.

Voilà. Je l'ai mis 2 fois. Je suis dégoûtée.
Dé-goû-tée.
D-é-g-o-û-t-é-e.

Je vais me concentrer sur ma petite Siwès et son gros tigre, hein. Ce sera mieux.

mercredi 1 juillet 2009

La lettre qui accompagnera le manuscrit

Je planche sur ma lettre. J'aimerais qu'elle soit à la fois personnelle, pro, concise. Mais personnelle.

C'est une lettre de présentation. Moi, j'ai horreur des lettres dites type qu'on refourgue à n'importe qui, et en plus, je ne veux pas refourguer n'importe quoi à n'importe qui. Une lettre de ce genre, c'est une personne qui frappe à la porte, n'attend pas la réponse, balance son manuscrit sur la table, et se tire vite fait.

Notez, à la réflexion, ce genre de profil colle tout à fait avec une personne qui dépose son manuscrit avant de se déballonner. Je dis ça à cause de la timidité inexpliquée qui s'empare de moi dès que je fais face à un éditeur. Je me souviens m'être dégonflée comme une baudruche devant le stand des éditions Denoël au salon du livre, et oublier de respirer en présence de Menolly aux Utopiales (une personne aussi sympa, je suis vraiment con des fois).

Mais revenons à la lettre. Je présente l'aboutissement de trois ans de travail, je veux qu'on sache qu'il y a quelqu'un derrière le texte, une personne soucieuse, disponible, ouverte, gentille, travailleuse. La candidate idéale en somme. Bref, c'est autant un devoir qu'une nécessité de se présenter correctement.

L'autre donnée du problème, c'est que les éditeurs voient leur bureau plier sous le poids des manuscrits reçus. Une lettre pour accompagner c'est bien, si elle est courte, c'est mieux.

Dans mon entourage, on me conseille beaucoup de profiter de l'aura CoCyclics, de la mentionner d'une façon ou d'une autre. (Dans les commentaires de ce blog aussi ! ^_^ ) Argument retenu: CoCyclics montre que ma démarche et ma passion sont sérieuses. Je ne suis pas le premier newbie venu quand même. Je suis de la race des crampons, des irréductibles qui écrivent par passion et qui continueront quoiqu'il advienne. J'en suis fière quand même.

Mais bon, CoCyclics et ASLO sont deux projets distincts. Donc il ne faut pas générer de confusion, et surtout, surtout, je trouve que l'argument, "hello, j'ai fondé CoCyclics, donc lisez-moi", ne se tient pas. C'est ASLO qui passe sur la table de boucherie, pas CoCyclics.

Mais nier l'argument retenu serait stupide.
J'ai une stratégie. Subtile pour une fois.
Et je vais donc en causer avec des gens expérimentés.
Uh uh uh.
Voyez que je vous écoute.
Un peu.
Des fois.

mardi 30 juin 2009

Quand les genoux s'entrechoquent

Aujourd'hui, j'ai envoyé deux mails. A deux maisons d'édition de rêve.

Pour m'assurer que je pourrais leur envoyer ASLO.
Ahem. Je veux être sûre que ça vaut le coup de dépenser des sous avant de leur imprimer un exemplaire. Normal.

Mais je ne parviens pas à adopter autre chose qu'un ton coincé et policé. Je fais preuve d'une timidité sidérante, moi si exubérante d'ordinaire.

Rendez-vous compte, ils détiennent le St Graâl, l'espoir sacré, le...
Oui, je m'arrête là.


Il n'y a plus rien à corriger.
Il ne manque que les trads. :D

lundi 29 juin 2009

On s'amuse mais bon...

Ca y est. Mon synopsis a été validé chez CoCyclics (c'est là que la porte est toujours ouverte pour une bêta !!!)
* tournee de nénuphou *

Donc récapitulons.
La mise en page, c'est OK. Il me reste aussi 4 commentaires à résoudre, dont une zone de répétition. Et il me manque mes trads. On va dire c'est quasi bouclé.

Mais qu'ai-je oublié ???

La rédaction des courriers personnalisés bien sûr.
Et ma bonne résolution d'appeler les éditeurs, hein ?

Ahem. On dirait qu'il n'y a plus personne.




ps: pour vous amuser vous aussi: http://www.photofunia.com/

jeudi 25 juin 2009

ASLO & Siwès

Deux romans dans un même post, c'est la fête.

ASLO

ASLO ne se porte pas trop mal, je vous remercie. Blacky l'a écrémé pour virer toutes les coquilles et aussi les derniers points qui coincent (MERCI +++++++ encore !)

Quelques phrases maladroites, beaucoup de fautes d'orthographe, beaucoup de problèmes de majuscules (je suis dislexique des majuscules), et quelques soucis mineurs qui me tracassent encore. J'ai fait ça tranquillement ces derniers jours, sachant que je n'ai pas encore reçu mes trads latines, donc je n'ai pas lieu de m'affoler. Il me reste 10 commentaires à revoir, que je me suis laissée pour méditer dessus.

Je dois aussi refaire la mise en page, truc que je déteste, mais bon, il y a pire. Il faut que je re-corrige mon syno, sachant que j'ai perdu le post fantastique qui contenait mes corrections suite à la bêta d'Aethra – sûrement le post ultime qui a bloqué le forum la semaine dernière... ^_^°

Siwès

Techniquement, la chère petite en est toujours au même endroit. Je suis allée à Vannes, à la plage, je ne remets plus la main sur mon chargeur de eee pc, bref, je travaille en parallèle, évidemment. Ca mouline dur sur le cahier et dans la tête.

En ce moment, je me documente sur les ados (j'ai regardé le monde de Joan - l'actrice a au moins 25 ans...), je compte lire l'art de la guerre (en partie au moins).

Je suis en train de dresser les portraits des autres personnages principaux qui entreront dans les aventures de Siwès et Tadjal. J'ai décidé de rajouter une fille, Tila, et je cherche toujours les noms des deux jeunes hommes. Dans mon bestiaire, je prévois un adiale*, évidemment, mon espèce préférée de fabuleux qui est le double de l'un des jeunes hommes.

Ah, et il y aura le fameux général au service du Maître Karh. Je caractérise l'ennemi, ma grande habitude. Hyper bien ce personnage. Equilibré, et dans la mouise (une autre constante).

Tout se complique. Je sens que je vais m'éclater.
Et je vais me faire un casting, histoire de fixer les persos.

* aussi dit cheval-dragon, un être équin pensant doté d'une mâchoire bardée de crocs. Par essence, cette espèce possède une extraordinaire endurance, une vitesse de pointe incomparable avec celle d'un cheval, en plus de sa capacité à... Non mais je ne vais pas vous dévoiler tous leurs secrets non plus ! Enfin bref, c'est du fabuleux belliqueux qui défonce les lignes ennemies.

mardi 23 juin 2009

De tout

CoCyclics est réparé.

Je suis trop forte, je sais. J'ai fait mon boulet en supprimant une table SQL au lieu de la vider, mais le peuple de la mare continue de chanter mes louanges. Mine de rien, c'est réconfortant.

Je suis Sainte Syven, grand gourou de CoCyclics.
Je détiens entre mes mains l'avenir d'un forum hautement addictif pour la sphère de jeunes écrivains SFFF. Mouahahahahahah !

Nul n'oserait jamais me contrarier.


Le salon du livre à Vannes

Ce WE, pendant des écrivains esseulés travaillaient par la force des choses comme , et , je me suis rendue à Vannes pour une rencontre CoCyclics.

J'ai vu Roanne (adorable), Beorn (agile), Shaya (rayon de soleil), Silène (formidable) et Pingu (incroyable). C'était super sympa. (Je sais, je fais preuve d'une verve bouleversante, ne me remerciez pas.)

Discuter de nos romans en cours et à venir, de nos stratégies, de nos personnages, de relationnel, d'hypocrisie, de la nature humaine, de ce qui confirme le succès de CoCyclics, cela soulage. Bien que ce blog me soit vital et le soutien de mes chers lecteurs primordial, l'échange avec d'autres auteurs reste un besoin fondamental, parce que je ne peux pas tout vous dire. Je me retiens de vous saouler, pour être honnête. Déjà que je suis surprise de voir tant de monde s'intéresser à mes périgrinations, hein...

ASLO et Siwès Chronicles?

Un point demain, c'est promis.

La couture ?

Un nouveau haut chauve-souris en cours, en jersey rouge.

vendredi 19 juin 2009

Comment dire?

Je n'ai toujours pas récupéré ma base de données pour remettre en marche mon forum.


mercredi 17 juin 2009

Le Haut Chauve-Souris !

Oui madame, oui monsieur, aujourd'hui je porte le haut qui déchire tout, qui est super bien fini et que même on croirait que je l'ai acheté dans le commerce !!!

Dernier burda fashion, en voile de coton gris, agrémenté d'un passe-poil argenté.
Seule modification, l'ajout d'une bande en bas pour que le chemisier reste bien en place. :D
PS: je l'ai repassé, mais le tissu marque les plis. Donc, il faudra un lavage pour que le pli du milieu parte. :D

mardi 16 juin 2009

La madras

J'ai fait cette dernière tunique il y a un moment. Tout en madras, trop belle, un modèle que je maitrise bien maintenant, le n°1 du Otona no couture, sans aucune modification en largeur ni en longueur, juste un peu à l'encolure où j'ai élargi les épaules de 1.5 cm. Mais.
D'une, ma photo est floue. De deux, ma tunique est tachée. Je suis dé-gou-tée. C'est ma plus réussie, des finitions exceptionnelles ! Et elle est tachée ! Mais qu'est-ce que j'ai fait bon sang??? Ouiiiiiiiiiin!!!!
J'ai maquillé une tache sur la photo (la magie de theGimp). Je suis sure que vous trouverez l'autre.


Pour me consoler, je vous montre mon tout premier collier. Oui, je me mets aux bijoux (doucement). C'est pour aller avec un chemisier chauve-souris gris ardoise super réussi à vous montrer demain. Suspense...