lundi 14 octobre 2013

Les réseaux sociaux

Comme un certain nombre d'auteurs, j'ai mis en place des outils type réseaux sociaux, compte twitter & page fan facebook, ainsi que des boards pinterest, en plus de ce blog.

La question qui revient : est-ce que ça vaut le coup ?


Entretenir une présence sur le web a un coût qui s'évalue en minutes voire en heures hebdomadaires, alors il est légitime de s'interroger, n'est-ce pas ? Je n'ai pas d'avis tranché sur la question.

Tout dépend de la façon de communiquer, et surtout des attentes qu'on place dans ce type de réseau. Il faut évaluer le retour sur investissement, en quelque sorte. Même en déployant une énergie folle, il est difficile d'obtenir des centaines de fans en quelques jours (sauf si vous êtes déjà connu de votre public). Il n'y a pas de recette miracle pour que la sauce prenne, à part le travail et l'expérimentation.

C'est ce que je me dis tout le temps pour ne pas être déçue.


Pour fédérer autour d'un nom ou d'un livre, il faut publier des informations intéressantes, et ce, régulièrement, sans lasser l'auditoire. La tâche n'est pas aussi aisée qu'il y paraît. L'actualité d'un auteur peut ressembler à un encéphalogramme plat lorsqu'il  est occupé à écrire un projet et qu'il n'a pas de parution prévue à court terme. C'est un peu plus compliqué pour un auteur de "nourrir" un auditoire par rapport à un éditeur, par exemple, dont l'actualité est rythmée par les annonces des futures parutions, les chroniques concernant son catalogue, les apparitions de ses auteurs sur les salons, les jeux-concours, etc.

Donc, il faut produire du contenu, mais en plus, il faut tenir sur la distance.

Le terme contenu, je ne trouve pas ça terriblement respectueux pour le lecteur, comme pour l'auteur. On rentre dans la logique marketing, comme si nous devenions des produits, tout autant que nos livres. Heurk.

Je préfère m'intéresser au cadre humain de l'échange. Donc oui, selon moi, ça vaut le coup si vous avez envie de discuter avec vos lecteurs à travers ces médias.Voilà, le dialogue, c'est la clé. Je crois que si vous avez envie de communiquer avec vos lecteurs, que vous le faites avec plaisir, les liens se créent naturellement, un peu comme dans la vraie vie.

Si vous avez plus d'attentes que de simples contacts avec vos lecteurs, cela dépendra de votre succès à bâtir  une communauté active qui vous rendra visite sur les salons, publiera des avis (ce qui est précieux) ; rien que ça, c'est formidable*.  Cerise sur le gâteau, cela peut peser dans la balance pour certains votes de prix des lecteurs.

Cependant, attention : mille fans ne veut pas dire mille ventes, ni mille personnes qui lisent tout ce que vous postez.

Qu'est-ce qui marche bien ?


Soyons honnête. ^__^°
Difficile à dire. Il y a plein de profil d'auteurs qui partagent des réflexions sur leur quotidien, leur actualité, leurs convictions, leurs projets en cours, leurs lectures, leurs chats, leurs apparitions publiques, leurs travaux de couture.

Si vous vous posez la question de ce que vous pourriez publier, je vous conseille de les suivre à votre tour et de définir ce que vous êtes prêt(e) à faire ou non. Il vaut mieux rester soi-même à mon avis, cependant certains auteurs mettent en place de véritables stratégies.

Vous pouvez vous renseigner sur le Community Management et la toile ne manque pas de conseils pour "cultiver son influence" (j'admets un soupçon d'ironie). A vous de séparer le bon grain de l'ivraie. Je me rappelle avoir lu les conseils d'une auteure qui a créé une page fan dédiée à un de ses personnages, et elle lui donne la parole tous les jours. Le personnage a sa propre vie virtuelle et souhaite même son anniversaire à chaque fan. Bref, c'est un travail de dingue.

De mon côté, je n'ai pas de stratégie. Je m'exprime quand j'en ai envie, sans contrainte, joyeusement, et je laisse le temps faire son oeuvre. Mon "public" s'élargira avec les nouvelles parutions. Je ne suis pas une communicante "née" ou une personne formée à la communication. Alors, en plus de relayer les infos sur mes bouquins, je me contente de poster ce qui me passe par la tête. D'ailleurs, ça me convient bien qu'on me suive pour cette raison et les échanges que j'ai par ce biais me suffisent.

Concrêtement, est-ce que cela rapporte des ventes ?


Oui et non. Comme je le disais plus haut, mille fans, ce n'est pas mille acheteurs.

Une communauté de fans ne suffit pas à franchir la barre des quinze mille ventes. Je sais, vous connaissez des contre-exemples, comme la série d'Oksa Pollock où le bouche à oreille qui a conduit le bouquin au succès. Je pense que le succès doit plus au bouquin en lui-même, qui plaît et dont on parle du côté des lecteurs (ceux-ci n'appartenant pas forcément à vos fans visibles).

Malgré un investissement conséquent, vous pourriez être déçu. Il ne vaut mieux pas compter uniquement sur les réseaux sociaux pour vous donner une notoriété. Celle-ci découle de nombreux paramètres, dont font partie le travail de l'éditeur, ses relations avec la presse, les invitations qu'il vous dégottera pour les salons, etc.

Les gars qui sont réellement connus n'ont pas besoin d'entretenir une page facebook ou un blog, ou alors ils embauchent des gens pour le faire à leur place.

Autre point : la portée des réseaux est aussi sujette à la critique. Je vous suggère de lire par exemple les articles de Lionel Davoust concernant facebook:


J'adore le blog de Lionel Davoust.

Les réseaux sociaux, un piège ?


Dans mon article sur les chroniques, j'ai parlé des dérives potentielles liées aux fans qui ont un tempérament de chevalier des croisades et je ne vais pas revenir là-dessus. Mais il est clair qu'avoir une communauté en interaction directe avec soi peut également poser des problèmes.

L'activité est chronophage:
  • Le phénomène d'addiction existe (vérifier ses interactions (like ou favorite), ses messages, ses commentaires).
  • Il y a une net-étiquette à respecter - il faut liker en retour pour dire qu'on a lu, il ne faut pas oublier de répondre aux questions - enfin, si j'ai bien compris ; j'avoue que pour tweeter entre les RT et les codes, parfois je ne comprends rien.
  • Les interactions peuvent dériver (ma technique, un bon troll est un troll bloqué - ne nourrissez jamais une discussion avec un troll).
  • Il y a aussi des petites dérives comme des gens qui vous postent des pubs pour leurs bouquins dans vos commentaires (la touche suppr est mon amie).
Level: Beginner (moi)
C'est plutôt tranquille. Régulièrement, des lecteurs vous envoient un message ou vous commentent. RAS.

Level: Intermediate
Passé quelques milliers d'exemplaires, en imaginant que votre plan de conquête du monde se déroule comme prévu, il est possible que vous ressentiez une certaine pression via ces moyens, surtout si vous devez livrer une saga, à coup de plaintes diverses et variées concernant les rythmes de parution, les couvertures qui plaisent ou non, etc.

Level: Star
Quand les lecteurs sont vraiment nombreux, les courriers se multiplient, et avec, les demandes, les attentes, ça prend des proportions folles. Neil Gaiman a parlé de prendre un congé "réseaux sociaux" pour avoir le temps de s'ennuyer et d'écrire. George R.R. Martin subit une pression incroyable de la part de ses fans.

(Je vous conseille également de lire http://www.fantasy.fr/articles/view/9521)

C'est quand même un exercice de haut vol


Je disais plus haut qu'il suffisait d'être naturel, mais bon, méfiez-vous. Une page ou un compte public, ce sont des images que vous fabriquez. Les gens que vous touchez ne vous connaissent pas forcément. C'est un peu la place publique, internet, surtout dans les réseaux sociaux où il y a beaucoup de gens qui circulent.

Il est tentant de se "lâcher" sur sa page (plainte, cris d'amour, râlerie), mais  la somme de vos posts constituent votre image, en particulier les derniers visibles dans le marécage numérique ; il vaut mieux se lâcher sur son compte privé pour éviter les déformations et interprétations (vous faites comme vous voulez, évidemment).

Arf.

Je n'aime pas m'imaginer avec un porte-voix, tout sourire, en balançant mes news et des gifs de chats dans une avenue déserte, mais il faut reconnaître qu'internet est loin d'être un salon de thé cosi avec un nombre connu d'interlocuteurs.

Je le vis comme une grande voie où les badauds s'attroupent, invisibles, autour des discussions que j'ai avec quelques personnes. Ceux qui "likent" indiquent qu'ils écoutent et approuvent. Les autres écoutent, parfois à peine, juste le temps de passer, d'autres tendent l'oreille et jugent. Il y a un petit côté glauque, hein. Les interactions avec les utilisateurs rendent la chose très supportable, comme des visages qui vous sourient à travers la nuée. ;-)

(Si vous lisez entre les lignes, vous devinez que je suis plus timide qu'il n'y paraît de prime abord. ^_^)

Est-ce qu'il y a des erreurs à ne pas commettre ?


Méfiez-vous de la publication d'extraits. Emporté(e) par l'euphorie d'un passage fraîchement écrit, on peut avoir envie de publier un petit bout sur sa page pour ceux qui suivent la rédaction du bouquin, mais attention au fucking faux pas:

  • choisir un passage que personne ne comprendra hors contexte.
  • publier un truc avec des fautes d'orthographe, ou des problèmes de construction, ou des répétitions.
  • Spoiler un élément clé que les lecteurs vous reprocheront (ça a un petit côté amusant, quand même  ^^)

Il y a des gens pour attraper le bâton et vous battre, d'autres pour ricaner sous cape. Des lecteurs pour se désabonner à la première faute d'orthographe. Si. Même chose quand vous publiez un extrait de chronique de blog.

Mea culpa, j'ai le don pour faire un copier-coller vite fait, en ayant choisi LA ligne dans la chronique où il y a une faute d'ortho ou une typo.
Pas la classe.

(Je m'excuse pour les fautes dans mon blog, au passage. Ne me quittez paaaas.)

Est-ce que les réseaux sociaux sont un passage obligé ?


Pour un auteur, être ultra-présent sur le web n'est pas obligatoire à mon avis. Le temps, les parutions, le travail des éditeurs, les chroniques, les interviews font leur oeuvre. A chaque nouveau roman, le pool de lecteurs grandit. :-D A mon échelle modeste, les réseaux sociaux sont un genre de bonus pour communiquer avec les lecteurs.

Lorsqu'on maîtrise ces outils, cela peut contribuer à se professionnaliser (un beau site, un beau blog, des comptes actifs et suivis par quelques dizaines ou centaines de personnes). Il n'y a pas que les lecteurs qui s'intéressent à ces médias, les éditeurs aussi.

Il y a un choix à faire, en fonction de ses envies. En tout cas, je ne crois pas que "se forcer" soit une bonne idée.

En conclusion


Se préparer et réfléchir à ce qu'on va faire de ces outils avant de se lancer me paraît être une sage façon de procéder.

Mais sinon, honnêtement, il n'y a rien de plus important qu'écrire de bons romans.

Ca, j'y crois.

* J'en profite pour remercier les gens qui suivent mes écrits ou mes discussions, parce qu'ils sont charmants et que leurs petits mots sont autant d'encouragements qui me touchent. 

12 commentaires:

Cindy a dit…

Un très bon article, je dois dire, la Miss ! Encore une fois, c'est plein de bon sens :) C'est bien, ca va alimenter ma revue du Web ! ^^

Silène a dit…

Je mets un mot rien que pour être charmante !!

Syven a dit…

Vous êtes bien évidemment très charmantes toutes les deux. ^^

Anne Rossi a dit…

Ton article est génial (et raccord avec les questions que je me pose en ce moment - ou qu'on me pose - sur l'influence des réseaux sociaux). Merci !

Dominique Lémuri a dit…

Très bien vu (moi aussi je suis charmante, hein ? :-))

Syven a dit…

De rien, Anne ! Si ça rend service, c'est encore mieux !

Oui, Dominique, tu es charmante aussi ^^

Roanne a dit…

J'ai aussi envie d'être charmante, ce soir. :)
Pour ma part, je suis très dubitative concernant les réseaux sociaux. Nonobstant le fait que j'ai la fâcheuse tendance à y raconter un nombre incalculable de bêtises, je les trouve surtout très chronophage. Pourtant, j'y reste... ne me demandez pas pourquoi.
J'avoue que j'ai du mal avec Twitter, je ne peux clairement pas suivre. Hier, j'y ai fait un petit tour, mais je ne me vois pas y être constamment au taquet pour suivre les twits de mes abonnements. Juste impossible.

Kanata a dit…

Je colle une baffe au premier qui me traite de charmant !
Je suis juste là pour dire que j'ai écoutais ;-) (Entre timides on se comprend...)

Syven a dit…

@Roanne, c'est clair que ça prend du temps. C'est pourquoi j'ai coupé le wifi à la maison, pour être moins tentée par les interactions ^^ Mais il ets impossible de tout suivre. Impossible.

@Kanata C'est gentil de faire signe :-)

Escrocgriffe a dit…

Grâce à ce bel article je découvre l'excellent billet de Lionel Davoust, merci ;)

Je suis tout à fait d'accord sur l'idée que la présence de l'auteur sur le Net ne doit pas être une fin en soi et rester un plaisir, un moment de partage avec ses lecteurs.

C'est d'ailleurs un peu pour ça que je me suis remis sur les blogs car après quelques années passées sur Twitter et Facebook, la blogosphère m'a manqué : Twitter limite toute tentative de discussion un tant soit peu sérieuse de part le nombre de caractères limités. En ce qui concerne Facebook, j'ai souvent peur de saoûler mes amis avec des notifications du style "terrible ce film d'heroïc-fantasy sud-coréen !". Du coup, le blog reste un immense espace de liberté et d'échange, à mon humble avis.

Calirose a dit…

C'est un regard intéressant Syven, merci pour cet éclairage.
Ce contact a quelque chose de terrifiant car il donne la sensation d'être toujours sur la sellette et voué à recevoir des coups de bâtons!
Mais j'imagine que cela doit être gratifiant parfois. Bon courage pour la suite de cet exercice! :)

Syven a dit…

Merci Calirose !