mardi 12 février 2008

Zzzzz....

Je tapotais ce midi au boulot tout en mangeant ma salade. Pas mal, bien même, quelques 2500 signes en une demie-heure, c'est plutôt chouette.
Sauf qu'une fois la salade terminée, j'ai piqué du nez. Un petit roupillon de dix minutes, assise, les mains sur le clavier, tranquille, sans me rendre compte de rien.
"Je suis deve"
Même pas fini ma phrase. Black out.
Hum. Comment dois-je interpréter cet état de fait? Le passage que j'écris est-il si "pénible" qu'il m'endort? Ou, est-ce le chapitre qui est inintéressant, puisque j'ai ce problème quasi tous les soirs où je poursuis ce roman ? Ou bien encore, est-ce que comme mon fils de dix mois, je réagis à un stimulus (lui c'est la musique de son doudou) ? Dans ce dernier cas, ce serait un peu embêtant.
Imaginez, j'ouvre mon doc sur mon pc, j'écris deux lignes, pof mon cerveau éteint la lumière.
Terrifiant. Allez, on va mettre ça sur le compte de la fatigue.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Effectivement, c'est assez gênant ! mdr

Gyl

Gabrielletrompelamort a dit…

En même temps, si à chaque fois que tu écris tu es crevée et que dormir te parle plus, c'est normal. ;p
La fatigue, donc, je dirai. ^^